L’OTAN défie la Russie en mer Noire

otan-58Attention aux missiles Bastion! ça ne pardonne pas, 100 % de coups au but, vous êtes prévenus!

L’OTAN a l’intention de renforcer sa présence en mer Noire dans le but de faire face à l’approche défensive de la Russie. Lire la suite

Publié dans Europe, International, Médias, OTAN, Russie, UE, USA | Laisser un commentaire

Paris craint les missiles de croisière russes

ledrian4Chef Poutine, qui craint le plus en Russie, c’est l’ours de Poutine! Chef Xi, t’as trouvé tes blagues sur les paquets de chewing-gum! Ha-Ha-Ha!

poutine-xi-1À la tribune de la conférence de Munich sur la sécurité, le ministre français de la Défense a demandé à l’OTAN une réponse immédiate à l’éventuel déploiement par Moscou de missiles de croisière.  Lire la suite

Publié dans Diplomatie, Europe, FNI, France, International, Médias, OTAN, Politique, Russie, USA | 1 commentaire

Conférence de Trump : les «fake news» empêchent de s’entendre avec la Russie

trump-267Chef Poutine, oui Chef Xi… Chef Trump est pro-russe! Je veux, mon neveu! Ha-Ha-Ha!

poutine-xi-1La première conférence de presse de Donald Trump en tant que président américain a été marquée par de fortes déclarations sur la Russie, «Fake news», l’«héritage» chaotique de Barack Obama… : découvrez les extraits les plus marquants. Lire la suite

Publié dans Diplomatie, Europe, International, Médias, Politique, Propagande, Russie, USA | Laisser un commentaire

Lavrov : l’expansion de l’OTAN a conduit à un niveau de tension inédit depuis 30 ans

lavrov-13Donald Trump avait déclaré à plusieurs reprises qu’il entendait renouer un dialogue de confiance avec la Russie

Lors du sommet sur la sécurité internationale de Munich, le chef de la diplomatie russe a rappelé que le Kremlin entendait établir de meilleures relations avec Washington, tout en regrettant que l’OTAN perpétue une atmosphère de guerre froide.

«Quelle genre de relation souhaitons-nous avec les Etats-Unis ? Une [relation basée] sur le pragmatisme, le respect mutuel et la compréhension de nos responsabilités respectives dans la stabilité du monde», a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, lors d’une conférence sur la sécurité internationale à Munich, le 18 février.

A l’adresse du général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, le chef de la diplomatie russe a fait savoir que Moscou était favorable à la reprise d’une coopération militaire avec l’alliance atlantique – sans quoi, a-t-il affirmé, les rencontres diplomatiques n’avaient aucun sens. Or, «Jens Stoltenberg […] n’a pas été en mesure d’affirmer cela [hier, dans le cadre de la conférence de Munich]. C’est triste», a déploré le représentant du Kremlin.

«L’expansion de l’OTAN a conduit à un niveau de tension sans précédent depuis les trente dernières années en Europe. A en juger par certaines déclarations lors de cette conférence sur la sécurité à Munich, la Guerre froide n’est pas tout à fait terminée», a poursuivi le membre du gouvernement russe. Moscou, a-t-il en outre ajouté, rejette les accusations selon lesquelles la Russie aurait cherché à déstabiliser le «soi-disant ordre libéral du monde».

Enfin, Sergueï Lavrov a jugé illogique que la levée des sanctions occidentales antirusses, liées à la crise ukrainienne, soient conditionnée à l’application des accords de Minsk. «Nous souhaitons également que les accords de Minsk soient appliqués, et nous ne retirerons pas nos sanctions contre l’UE avant que ces accords soient pleinement mis en place», a par conséquent fait savoir le ministre.

Un rapprochement russo-américain compromis ?

Alors que l’élection du nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump, laissait présager un réchauffement des relations entre Washington et Moscou, certaines déclarations récentes des autorités ont modéré les espoirs que pouvait nourrir le Kremlin à ce sujet. Le 14 février, la Maison-Blanche avait ainsi indiqué que le président Trump souhaitait que le gouvernement russe «rende la Crimée» à l’Ukraine.

Deux jours après, le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, avait déclaré que les Américains n’étaient pas encore prêts à «collaborer au niveau militaire» avec les Russes. Au cours de sa campagne présidentielle, Donald Trump avait déclaré à plusieurs reprises qu’il entendait renouer un dialogue de confiance avec la Russie, et collaborer sur le plan stratégique afin de lutter, notamment, contre la menace terroriste.

francais.rt.com

Publié dans Donbass, Europe, International, Minsk, OTAN, Politique, Russie, Sanctions, UE, USA | Laisser un commentaire

L’Europe est atteinte du virus de russophobie

russo-1Quant à Donald Trump, il semble avoir sacrifié le bon sens dont il faisait preuve à la conjoncture du moment. La Russie vaut bien la Maison-Blanche, non?

russo-2Dimitri de Kochko est un pilier du journalisme français. Russe blanc par ses origines et grand amateur de la Russie, il a été à l’origine d’une initiative populaire adressée à l’Europarlement pour reconnaître le russe comme langue officielle de l’UE (parce que parlée par à peu près 2 millions d’Européens comme leur langue maternelle). Il ne désarme pas et face à la montée d’un McCarthyism des plus noirs et diaboliques, il attaque le vif du sujet en créant l’Association et le site approprié http://www.stoprussophobie.info/ Lire la suite

Publié dans Europe, France, International, Mondialisme, Politique, Russie, UE | Laisser un commentaire

Syrie : Daesh encerclé et bombardé par des avions russes dans la région de Raqqa

russie-syrie-16Destruction des postes de commandements dans le fief de Daesh par missile russe

ist-1Mis sous pression par les raids aériens russes et encerclés dans leur fief syrien de Raqqa, des leaders djihadistes de l’Etat islamique seraient en train de fuir devant l’avancée d’une alliance militaire arabo-kurde.

«Le 17 février 2017, des bombardiers stratégiques Tu-95 ont effectué un vol opérationnel depuis la Russie, survolant l’Iran et l’Irak, et ont mené une attaque aérienne avec des missiles de croisière de type Kh-101 […] contre l’Etat islamique dans la région de Raqqa», a annoncé le ministère russe dela Défense dans un communiqué, paru le 17 février. Lire la suite

Publié dans Arabie, Guerre, International, Kurdes, Orient, Politique, Russie, Syrie, Terrorisme, USA | Laisser un commentaire

Preuve de la coopération secrète entre Poutine et Trump ?

poutine-trump-16Chef Trump, ça va le faire, Ok Chef Poutine!

 Valentin Vasilescu

Jusqu’à présent, on ne connait officiellement aucun accord entre Vladimir Poutine (dont les rapports avec Recep Erdogan et Bachar al-Assad se sont resserrés) et Donald Trump au sujet de la coopération en ce qui concerne l’encerclement et l’isolement du territoire tenu par l’Etat Islamique en Syrie. Cependant, la façon dont les récentes opérations militaires ont été menées, sur trois fronts différents en Syrie, par trois acteurs différents, indique clairement l’existence d’une telle coopération. Trump prouve que, contrairement à Obama, il est capable de prendre des décisions unilatérales, en laissant de côté les membres de l’UE (qui font également partie de l’OTAN), considérés comme des partenaires des États-Unis. Cette hypothèse est étayée par la position de Trump qui veut prendre du recul vis-à-vis de l’OTAN, une organisation qu’il considère obsolète ; elle a été créée il y a des années, et les pays membres ne paient pas comme ils le devraient. C’est la première étape concrète de Trump pour établir une véritable coordination des actions russes et américaines visant à détruire l’État islamique et d’autres groupes terroristes en Syrie – qui pourrait conduire à la levée des sanctions économiques contre la Russie.

Al-Bab

L’offensive militaire turque (1300 soldats, 50 chars, 15 APC), soutenue par 2000 rebelles islamistes de l’ASL (Armée syrienne libre), pour capturer Al-Bab, a débuté en Septembre 2016. La ville d’Al-Bab est située à 40 km au nord-est d’Alep et a été une composante importante de la défense de l’Etat islamique pour sa «capitale» Raqqa. De Novembre 2016 à Janvier 2017, plus de 5000 combattants de l’Etat islamique ont repoussé toutes les tentatives d’encerclement d’Al-Bab par l’est et le nord par les Turcs et leurs alliés.

À la fin de Décembre 2016, après la fin de l’opération de libération de la ville d’Alep, les présidents Bachar al-Assad et Erdogan ont conclu un accord sous la médiation de Poutine. Suite à cet accord, l’armée arabe syrienne est venue en aide aux troupes turques. L’armée arabe syrienne a pénétré sur 25 km de profondeur, cinq à huit km au sud-ouest, sud, sud-est et l’est d’Al-Bab, et ainsi la ville a été totalement encerclée. L’aviation russe et syrienne a fourni un soutien aérien à l’armée turque. Depuis lors, l’État islamique ne peut plus obtenir des renforts pour l’aider à tenir la ville d’Al-Bab. Voilà comment l’armée turque a réussi à percer les lignes de défense de l’État islamique. Avec Al-Bab, l’État islamique a perdu son dernier territoire dans le gouvernorat d’Alep.

Al-BAB-6-2-2017Raqqa

Le groupe SDF (Forces démocratiques syriennes) se compose essentiellement de combattants kurdes d’YPG, parmi lesquels il y a quelques membres du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), que la Turquie considère comme des terroristes. Même si ce groupe est important (10 000 combattants), il est mal armé et entraîné. Quoi qu’il en soit, les SDF, qui tiennent une grande partie du nord de la Syrie, ont déclenché une opération offensive contre l’État islamique afin de conquérir la ville de Raqqa. L’opération a été planifiée par des agents des forces spéciales de l’armée américaine. Des centaines de soldats des forces spéciales américaines travaillent comme instructeurs des SDF. À Rmelan, en territoire contrôlé par les SDF, la 101ème division aéroportée américaine a une base pour des hélicoptères et des avions à rotors basculants MV-22 utilisés dans la lutte contre l’État islamique.

Les dispositions défensives autour de Raqqa, la capitale de l’Etat islamique, sont en rond, et sont disposées dans au moins quatre cercles plus ou moins concentriques. Cette disposition comporte 30 000 combattants avec 200 chars, 200 APC et IFV, plus de 100 pièces d’artillerie et MRLS. L’État islamique a eu des sapeurs qui ont préparé la zone au cours des trois dernières années, avec quelques zones minées, et des installations de contre-offensive équipées avec des chars et des roquettes antichars américains BGM-71 Tow-2. Ils ont beaucoup d’armes souterraines et des dépôts de munitions qui n’ont pas été détectés par l’aviation américaine.

L’État islamique a des officiers de planification des opérations qui sont aussi bien formés que ceux des armées occidentales. Ils ont acquis des centaines de drones avec lesquels ils ont créé une structure d’ISR (Intelligence, Surveillance, Reconnaissance) qui exécute des missions pour découvrir des sites d’artillerie et des colonnes motorisées ou de chars, et les concentrations de forces ennemies. Ces drones de type civil comprennent des DJI Parrot (prix 1.000 USD), des Skywalker X-8 et X-UAV Talon ($200), des quadcopter DJI Phantom 3 (600 $) qui sont facilement disponibles en Europe, dans les Etats du Golfe et aux Etats-Unis. Certains drones ont été modifiés pour lancer des engins explosifs artisanaux de l’Etat islamique, mais ils n’ont pas les effets escomptés.

Les dispositions défensives de l’État islamique sont également basées sur des tunnels secrets à travers lesquels les combattants peuvent attaquer l’ennemi par derrière, ou créer des embuscades pour les colonnes d’approvisionnement ou de soutien. Les offensives de contrattaque de l’État islamique sont extrêmement bien préparées et très efficaces en raison de leur grande mobilité avec des milliers de camionnettes armées de mitrailleuses lourdes de calibre 12,7 mm.

Au début, en Novembre 2016, les SDF avaient pris une direction offensive nord-sud de Raqqa, la capitale de l’Etat islamique. Rencontrant une forte résistance, cette offensive s’est arrêtée. Les SDF ont ensuite tenté d’encercler les positions défensives de Daech, en déplaçant l’offensive dans la direction ouest-est le long de la rive nord du lac Assad. Les deux directions des offensives des SDF sont arrivées à une distance de 8-15 km de Raqqa, soutenue par des bombardements aériens massifs de la coalition anti-Etat Islamique dirigée par les Etats-Unis. Même avec cela, les SDF qui n’ont que quelques véhicules blindés, ne peuvent pas aller plus loin.

C4ZFc_BWQAAUKFWPar conséquent, à la fin de Janvier 2017, les États-Unis, avec l’accord de la Russie, ont livré environ 100 véhicules 4×4 M117 Guardian qui peuvent transporter dix combattants. Ce véhicule blindé léger de 15 tonne se situe entre un Humvee et un Stryker ICV. Le M117 Gardian est armé d’une mitrailleuse lourde M2 Browning (de calibre 12,7 mm), et un lance-grenades MK 19 (de calibre 40 mm).

En Février 2017, les SDF ont lancé la troisième phase de l’offensive. Pour commencer, les forces et les équipements SDF se déplacent du nord au sud, et parallèlement à la frontière orientale de la Syrie, vers Deir ez-Zor. Le but de cette manœuvre est d’empêcher les combattants de Daech de Mossoul, en Irak, de se rendre à Raqqa. Après cette manœuvre, les SDF peuvent attaquer la position défensive de l’État islamique à l’est. On peut voir que les planificateurs américains comptent sur les SDF pour isoler le territoire de l’Etat islamique au nord et à l’est.

Palmyra-Deir-Ezzor-map1Deir ez-Zor

Le détachement « Tamadur » effectue des missions offensives pour reprendre la ville de Palmyre des mains de l’État islamique. Il est composé du Régiment 800 de la Garde républicaine syrienne, deux bataillons de la Brigade Tigre (forces spéciales syriennes), deux bataillons d’artillerie de l’armée arabe syrienne, un bataillon Liwa Fatemiyoun (un groupe paramilitaire chiite en Afghanistan), un bataillon IRGC (les Gardiens de la révolution iraniens) et des unités locales des forces de défense nationale syrienne.

Après la libération de Palmyre, le détachement « Tamadur » devrait être renforcée avec des forces supplémentaires d’au moins deux brigades mécanisées. Sa tâche immédiate devrait être de joindre la 137ème Brigade mécanisée, la 104ème brigade aéroportée et le 121ème Régiment d’artillerie pour défendre la ville de Deir ez-Zor contre l’Etat islamique. Cette mission devrait être facilement accomplie même si Deir ez-Zor est situé à 188 km de Palmyre. Entre les deux villes, il n’y a que quelques petits territoires occupés par de petits groupes de l’Etat islamique, car c’est le désert. Si l’armée arabe syrienne parvient à atteindre Deir ez-Zor, il isole le territoire de l’Etat islamique dans le sud après que les SDF aient isolé leur territoire du nord et de l’est. A l’ouest, l’État islamique est déjà presque entièrement isolé par l’armée arabe syrienne.

Dans le sud de la Syrie (le gouvernorat de Deraa et Quneitra), le Front du Sud et le Mouvement islamique al-Muthanna, alliés de l’État islamique, ont repris les combats contre l’armée arabe syrienne. Ces groupes contrôlent la frontière syrienne avec la Jordanie. Ils se composent de 38000 combattants et ils gardent le 1er Corps de l’armée arabe syrienne bloquée dans la région (celle-ci est composée de quatre divisions de chars et une division mécanisée). Dans le gouvernorat d’Idlib au nord-ouest de la Syrie, sont concentrés 29000 rebelles du Front Al-Nusra (la branche syrienne d’Al-Qaïda) et Ahrar al-Sham. Ces deux groupes viennent de reprendre les combats contre l’armée arabe syrienne dans le nord du gouvernorat près de Lattaquié.

Dans ces circonstances, il est assez difficile pour l’armée arabe syrienne de disposer de deux brigades à déployer à l’est de Palmyre. Après la libération d’Alep, le premier bataillon russe a succédé à une unité opérationnelle de l’armée arabe syrienne pour maintenir la paix et l’ordre dans la ville. Après cela, la Russie a envoyé un deuxième bataillon de la police militaire en Syrie. Toujours à Alep, une unité militaire syrienne a été remplacée par un bataillon du génie russe dans une mission de déminage et d’élimination d’engins explosifs posés par les rebelles islamistes.

Sous la pression de Trump, un nombre croissant de groupes de rebelles «modérés» syriens contrôlés par le Pentagone et la CIA décide de respecter le cessez-le feu négocié par la Russie. Nous pouvons nous attendre à ce qu’il y ait plus de bataillons militaires russes de police pour remplacer les forces de combat syriens dans des missions de maintien de la paix dans les localités récemment libérés. Cela va libérer plusieurs unités de l’armée arabe syrienne qui pourront être envoyées à l’est de Palmyre pour la lutte contre l’État islamique.

reseauinternational.net

Source algora.com by Valentin Vasilescu

Traduction AvicRéseau International

Publié dans CIA, Diplomatie, Europe, International, Kurdes, Orient, OTAN, PKK, Politique, Russie, Syrie, Terrorisme, Turquie, UE, USA, YPG | Laisser un commentaire
%d blogueurs aiment cette page :