Un nouveau groupe chiite frappe une base militaire de la coalition US en Irak

Depuis l’assassinat du Général Qassem Soleimani par les Etats-Unis, les missiles pleuvent sur les bases US et britanniques en Irak

Un nouveau groupe militant chiite revendique la responsabilité des attaques contre la base militaire de la coalition dirigée par les Etats-Unis en Irak

Asbat al-Thaireen, ou Ligue des révolutionnaires, a revendiqué les attaques à la roquette des 11 et 14 mars sur la base militaire de la coalition dirigée par les États-Unis, le camp Taji, dans la province de Bagdad en Irak.

Bien qu’il ne soit pas clair si le groupe est une nouvelle formation ou un front pour les groupes paramilitaires chiites existants soutenus par l’Iran et opérant en Irak sous l’égide des Hachd al-Chaabi, ou des Forces de mobilisation populaire, l’ampleur de l’attaque impliquait la partcipation du Kataib Hezbollah.

Bien que les avions américains aient effectué des frappes aériennes contre cinq cibles du Kataib Hezbollah le 12 mars, l’attaque à la roquette qui a suivi a probablement accéléré la fermeture prévue par les États-Unis de trois bases militaires dans le pays.

janes.com

Adaptation Yandexfr

Covid-19 au secours des USA-GB

Le ministère britannique de la Défense a fait état du retrait de quelques 400 forces britanniques d’Irak.

« En raison de l’évolution de la situation en ce qui concerne la maladie de la Covid-19, et sur la base des conseils actuels du gouvernement, nous avons dû suspendre les opérations de formation sur le terrain », a annoncé le ministère de la Défense ce jeudi dans un communiqué.

Il a indiqué que Londres reprendrait la formation militaire dès que les conditions le permettraient.

Tous les candidats, les recrues et leurs familles sont informés. Nous reconnaissons combien cela sera difficile et inquiétant pour toutes les parties concernées. Toute recrue en formation qui est concernée conservera sa place en formation. Ceux qui doivent commencer la formation recevront une nouvelle date de début dès que possible et tous les autres candidats seront tenus informés de l’évolution de la situation.

Une partie des troupes britanniques sont stationnées sur la base de Tajji, au nord de Bagdad, en Irak. La base a été frappée par plusieurs attaques aux roquettes le mercredi 11 mars et le samedi 14 mars. Au cours de la première attaque, au moins 10 missiles Katioucha et au cours de la deuxième attaque, plus de vingt missiles Katioucha ont été tirés sur la base. Un soldat britannique et deux américains ont été tués lors des attaques.

Mercredi 18 mars, le contingent US s’est précipitamment retiré de Qaem, base stratégique des Hachd al-Chaabi sur les frontières avec la Syrie et des médias irakiens ont publié ce jeudi des photos mettant en scène la restitution aux forces armées irakiennes d’une base d’où l’Amérique espionnait les Hachd [Unités de mobilisation populaire d’Irak] pour pouvoir mieux les frapper. Ailleurs la situation des troupes US ne va guère mieux.

Les Etats-Unis ont retiré leurs troupes stationnées dans la base militaire Qaem, à la frontière avec la Syrie, a assuré le Commandement des opérations conjointes de l’Irak.

Il a déclaré que les troupes américaines ont rendu jeudi matin la base Phosphate dans la région d’al-Qaem, dans la province d’Al-Anbar.

Le Commandement des opérations conjointes de l’Irak a ajouté qu’après le retrait des forces de la coalition de la base d’al-Qaem, les autres troupes de la coalition américaine devaient se retirer de leurs bases en Irak selon un calendrier.

Selon le site d’information Bagdad al-Yaum, les forces américaines, françaises et néerlandaises étaient stationnées dans la base Phosphate, évacuée ce jeudi matin.

Des responsables de la coalition dirigée par les USA avaient précédemment fait part de leur volonté de retirer leurs forces  de trois bases sur les 12 dans lesquelles elles sont déployées et d’opérer un redéploiement de plusieurs centaines militaires.

Soulignant l’achèvement de la mission de la coalition internationale en Irak, le général de brigade Tahsin al-Khafaji, porte-parole du Commandement des opérations conjointes a déclaré que les forces irakiennes étaient capables de mener à bien la mission de maintien de la sécurité et de la paix dans le pays.

« Le retrait de ces forces d’al-Qaem est le début de la route », a déclaré al-Khafaji dans un communiqué. La prochaine étape est le retrait de ces forces de la base d’al-Qayyarah puis de la base de K-1 à Kirkouk selon un calendrier ».

Le peuple et les groupes politiques irakiens ont montré leur détermination à expulser les troupes américaines d’Irak depuisl’assassinat par les États-Unis du commandant en chef adjoint des Hachd al-Chaabi, Abou Mahdi al-Muhandes et le général Soleimani dans une frappe aérienne américaine près de l’aéroport de Bagdad.

Au cours des six derniers mois, des bases américaines en Irak ont été ciblées plus de 24 fois, attaques qui n’ont pas été revendiquées par aucun groupe. french.presstv.com

L’Iran s’engage à poursuivre les attaques de représailles pour venger l’assassinat de Qassem Soleimani

L’Iran continuera de réagir à l’assassinat du commandant Soleimani, le 3 janvier, a averti le président Hassan Rouhani, un jour après qu’une base de la coalition détenant des troupes de l’OTAN ait été la cible de tirs de roquettes.

« Les Américains ont assassiné notre grand commandant. Nous avons répondu à cet acte terroriste et nous y répondrons », a déclaré M. Rouhani dans un discours télévisé mercredi.

Rouhani a également commenté la situation économique du pays dans le contexte des sanctions américaines sévères contre sa nation, soulignant que les ennemis de l’Iran « n’ont pas été capables de soumettre l’Iran par la pression économique ».

Rouhani n’a pas précisé ce qu’il avait à l’esprit concernant la « réponse » de l’Iran à l’assassinat de Soleimani.

Les missiles pleuvent sur les bases de la coalition

Mardi, la base militaire de Besmaya, près de Bagdad, en Irak, qui accueille des troupes étrangères, a essuyé des tirs de roquettes, l’installation étant censée accueillir des forces espagnoles. Auparavant, un barrage d’au moins 33 roquettes avait été tiré sur le camp Taji, une autre base située à l’extérieur de la capitale irakienne et abritant la forteresse de la coalition, l’attaque ayant été vraisemblablement menée par des milices chiites locales. Aucune victime américaine ou de la coalition n’a été signalée lors de ces deux attaques.

Les forces américaines et leurs alliés stationnés en Irak font face à des tirs de roquettes sporadiques sur leurs bases et sur le complexe de l’ambassade de la zone verte de Bagdad depuis plus de deux mois, depuis l’assassinat de Soleimani à l’aéroport de Bagdad par un drone américain le 3 janvier. Le 11 mars, une attaque à la roquette sur le camp Taji a tué deux militaires américains et un Britannique.

Jeudi dernier, des avions de guerre américains ont frappé cinq installations de stockage d’armes appartenant au Kataib Hezbollah, un groupe de milices chiites alliées aux gouvernements iranien et irakien qui a contribué à pousser Daesh [ISIS] hors d’Irak entre 2014 et 2017.

Les Etats-Unis ont accusé le groupe d’avoir attaqué les forces américaines dans le nord de l’Irak à la fin de l’année dernière, et pour l’attaque meurtrière du 11 mars. Le président irakien Barham Salih a fustigé Washington pour ces attaques non autorisées, les qualifiant de violation de la souveraineté irakienne. Lundi, le Département d’État américain a averti que les États-Unis « ne toléreraient pas d’attaques » contre leurs forces, et qu’ils « prendraient des mesures supplémentaires si nécessaire en cas de légitime défense » en Irak si elles se poursuivaient.

L’Iran a lancé des dizaines de missiles sur deux bases américaines à Bagdad le 8 janvier, et plus de 100 soldats américains ont été diagnostiqués comme souffrant de lésions cérébrales de gravité variable à la suite de ces frappes. L’Iran a prévenu à l’avance ses alliés irakiens de l’imminence de ces frappes. almasdarnews.com

Yandexfr/Yandex Français/Yandex France/Yandex Freenom
Cet article a été publié dans Europe, GB, Guerre, Hachd al-Chaabi, International, Irak, Iran, Occident, Orient, OTAN, Politique, UK, USA. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un nouveau groupe chiite frappe une base militaire de la coalition US en Irak

  1. cathauvent dit :

    A reblogué ceci sur cathauvent.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.