Nord de Syrie : Les forces russes et syriennes déclenchent une vague massive de frappes aériennes

Les terroristes du Front Al-Nosra, financés et armés par la France de Hollande, Macron, Fabius, Le Drian, passent une mauvaise journée face aux attaques syriennes et russes
Le président Macron était conseiller de Hollande à l’Elysée.
Bafouant le droit international, alors qu’une journée avant, le président Poutine, dans un contact téléphonique, lui avait suggéré de s’abstenir de toutes frappes contre la Syrie, un pays souverain. Le 14 avril 2018, le président Macron a attaqué la Syrie aux missiles, il a dit quelques jours plus tard, devant le parlement européen que c’était au nom de la communauté internationale, à vrai dire, ils étaient 3 pays, France, Etats-Unis et le Royaume-Uni sur 197 pays.
By Muraselon

Les forces aériennes russes et syriennes ont déclenché une vague massive de frappes aériennes visant Hayat Tahrir al-Sham [HTS, Front Al-Nosra] et les positions et mouvements de ses alliés dans le nord de la Syrie.

Plus de 30 frappes aériennes ont été signalées jusqu’à présent qui visaient les rebelles djihadistes dans les provinces d’Idlib, Hama et Alep.

Selon certaines sources, les frappes aériennes ont visé des convois de renforts, des dépôts d’armes et de munitions ainsi que le quartier général de Hayat Tahrir al-Sham et du groupe rebelle du Front de libération nationale dans l’ouest d’Alep et le sud d’Idlib.

Les frappes aériennes ont touché jusqu’à présent la base 46, la région d’Ikarda dans l’ouest d’Alep et Kafr Sajnah, Kafr Auwyd, Tramla, Kafr Nabl, al-Naqeer, Khan Shaykhoun et Maart Mater au sud d’Idlib.

Il y a deux jours, l’armée de l’air syrienne a réussi à tuer des commandants clés à Hayat Tahrir al-Sham, y compris leur chef de la charia, après avoir pris pour cible une base du quartier général du HTS dans la région montagneuse d’al-Arabeen dans la province d’Idlib.

Dans le même temps, les médias de l’opposition continuent de publier les noms des principaux commandants militaires qui ont été tués par des frappes aériennes et des bombardements dans le nord de la Syrie, y compris Ahmad Bakkour [photo ci-dessous] qui était un commandant militaire du Front de libération nationale.

Une source sur le terrain a déclaré à Muraselon News que les rebelles djihadistes ont tendance à pleurer la mort des commandants en disant qu’ils sont tués en première ligne alors qu’en fait, beaucoup ont été tués par des frappes aériennes dans leurs bases fortifiées loin des lignes de front.

en.muraselon.com

Adaptation Yandex

Publicités
Cet article a été publié dans France, Guerre, International, Orient, Politique, Résistance, Russie, Syrie, Terrorisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.