😡Utilisation d’armes françaises dans la guerre au YĂ©men : le gouvernement français continue de mentir

“La France tue au YĂ©men”
SĂ©bastien Nadot, Ă©lu de Haute-Garonne, a mĂȘme Ă©tĂ© exclu du groupe LREM en dĂ©cembre. Le 19 fĂ©vrier, il s’est fait remarquer en dĂ©ployant en pleine sĂ©ance une banderole “La France tue au YĂ©men”

Rachel Knaebel

En poursuivant ses ventes d’armes, utilisĂ©es par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis dans leur guerre au YĂ©men, l’une des pires tragĂ©dies humanitaires du moment, le gouvernement actuel viole-t-il allĂšgrement les engagements internationaux de la France ? Si la ministre des ArmĂ©es continue de le nier, les preuves du contraire s’accumulent avec les rĂ©centes rĂ©vĂ©lations d’un groupe de mĂ©dias allemands et internationaux. Pire : le gouvernement français a fait pression sur l’Allemagne pour une levĂ©e de son embargo afin que les exportations d’armes de fabrication commune puissent reprendre.

Des armements français sont-ils utilisĂ©s dans le conflit yĂ©mĂ©nite ? Cette guerre peu mĂ©diatisĂ©e, commencĂ©e il y a quatre ans avec l’intervention d’une coalition emmenĂ©e par l’Arabie Saoudite, a dĂ©jĂ  fait des milliers de morts civils, menace la survie de trois millions d’enfants souffrant de malnutrition et oblige une grande partie de la population Ă  dĂ©pendre de l’aide humanitaire [1]. « Nous n’avons rĂ©cemment vendu aucune arme qui puisse ĂȘtre utilisĂ©e dans le cadre du conflit yĂ©mĂ©nite », a encore rĂ©pĂ©tĂ© la ministre des ArmĂ©es, Florence Parly, le 20 janvier 2019 [2].

Une enquĂȘte menĂ©e par un groupe de mĂ©dias allemands et internationaux, publiĂ©es fin fĂ©vrier, montre pourtant que des armements français et allemands vendus aux pays membres de la coalition en guerre, en particulier Ă  l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, sont bel et bien utilisĂ©s sur le terrain de la guerre yĂ©mĂ©nite. Le collectif de mĂ©dias [3], ont visionnĂ© les images du conflit qui circulent sur les rĂ©seaux sociaux (Twitter, Instagram, vidĂ©os Youtube) ainsi que des images satellites via les services cartographiques en ligne. Les journalistes cherchaient d’éventuelles preuves de prĂ©sence d’armements vendus par l’Allemagne ou d’autres partenaires europĂ©ens. Et ils n’ont malheureusement pas Ă©tĂ© déçus.

Ils ont ainsi constatĂ© que l’armĂ©e saoudienne a installĂ© Ă  la frontiĂšre avec le YĂ©men des batteries d’artillerie de type Caesar. Ces canons longue portĂ©e sont fabriquĂ©s par le groupe français Nexter et Ă©quipĂ©s de chĂąssis produits par Mercedez-Benz. « Sur des vidĂ©os, on voit des Caesar tirer. Avec une portĂ©e de plus de 40 kilomĂštres, les obusiers peuvent tirer sur le territoire du YĂ©men depuis cette position », Ă©crivent les journalistes sur le site du collectif #GermanArms. Entre 2010 et 2015, l’entreprise française Nexter a livrĂ© plus de 100 dispositifs d’artillerie de ce type Ă  l’Arabie Saoudite [4].

Des chars Leclerc, des Airbus ravitailleurs et des navires

Le collectif a aussi retrouvĂ© la trace des chars lourds français Leclerc, Ă©galement fabriquĂ©s par Nexter, vendus aux Émirats arabes unis [5]. « GrĂące Ă  l’analyse d’images vidĂ©o et satellite de 2018 #GermanArms a pu localiser deux chars Leclerc au YĂ©men – Ă  Aden et Al Khawkhah », Ă©crit le site. Les deux vĂ©hicules Ă©taient Ă©quipĂ©s d’un blindage similaire Ă  celui produit par la firme allemande Dynamit Nobel, dont le gouvernement allemand a autorisĂ© la vente aux Ă©mirats en mars 2017. Devant les dĂ©putĂ©s français, le PDG du groupe Nexter vantait d’ailleurs les performances au YĂ©men des chars français Leclerc, un an aprĂšs le dĂ©but du conflit [6]. Entre 1994 et 2010, la France a livrĂ© plus de 400 chars Leclerc aux Émirats arabes unis [7].

Le site #GermanArms documente aussi l’implication des avions militaires de transport et de ravitaillement d’Airbus, l’A330 MRTT (pour Multi Role Tanker Transport). Ce modĂšle produit par le groupe aĂ©ronautique europĂ©en est en partie fabriquĂ© sur le site de Toulouse. Au moins six avions de ce type ont Ă©tĂ© livrĂ©s Ă  l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis entre 2011 et 2015. L’équipe d’investigation de #GermanArms « a pu gĂ©olocaliser une vidĂ©o, qui montre un avion Eurofighter saoudien ravitaillĂ© par voie aĂ©rienne [l’Eurofigter est produit par le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne]. La vidĂ©o a Ă©tĂ© prise dans la rĂ©gion frontaliĂšre du YĂ©men. Selon les donnĂ©es d’un compte Twitter proche du gouvernement saoudien, sur lequel la vidĂ©o a Ă©tĂ© publiĂ©e, le ravitaillement a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© par un A330 MRTT », indique le site. Les journalistes rappellent que « selon les donnĂ©es des Nations Unies, des milliers de civils ont Ă©tĂ© tuĂ©s par les attaques aĂ©riennes saoudienne au YĂ©men ». En dĂ©but de semaine, MĂ©diapart a aussi rĂ©vĂ©lĂ© comment l’entreprise française Naval group (ex-DCNS) assure la modernisation de navires militaires saoudiens, alors mĂȘme qu’un blocus naval affame la population yĂ©mĂ©nite.

En 2017, les industriels français ont livrĂ© plus d’1,3 milliard d’euros d’armements Ă  l’Arabie Saoudite

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis figurent depuis des annĂ©es parmi les plus gros clients des exportations d’armements lourds français. La monarchie saoudienne est le deuxiĂšme plus gros client de la France – derriĂšre l’Inde – sur la pĂ©riode 2008-2017 [8]. Le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Espagne sont Ă©galement de gros fournisseurs de l’Arabie Saoudite. En dĂ©pit des dĂ©clarations de la ministre de la DĂ©fense, les exportations n’ont pas cessĂ© depuis le dĂ©but de la guerre au YĂ©men. En 2017 encore, alors que les consĂ©quences humanitaires dramatiques du conflit sont dĂ©jĂ  Ă©videntes, les industriels français ont livrĂ© pour plus d’1,3 milliard d’euros d’armements Ă  l’Arabie Saoudite.

À l’AssemblĂ©e nationale, quelques dĂ©putĂ©s tentent depuis un an d’obtenir la crĂ©ation d’une commission d’enquĂȘte parlementaire sur le sujet. En vain. L’initiateur de cette demande, SĂ©bastien Nadot, Ă©lu de Haute-Garonne, a mĂȘme Ă©tĂ© exclu du groupe LREM en dĂ©cembre. Le 19 fĂ©vrier, il s’est fait remarquer en dĂ©ployant en pleine sĂ©ance une banderole « La France tue au YĂ©men ». En Allemagne aussi, « le gouvernement dit qu’il n’a pas connaissance d’armes allemandes utilisĂ©es au YĂ©men, ou qu’il ne peut pas en parler », Ă©crit l’équipe de #GermanArms. NĂ©anmoins, fin 2018, l’Allemagne a dĂ©cidĂ© de suspendre pour plusieurs mois ses exportations d’armes Ă  l’Arabie saoudite, suite Ă  l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

La France fait pression sur l’Allemagne pour exporter à tout prix

Ce moratoire devait se terminer le 31 mars. Le gouvernement allemand vient de dĂ©cider de le prolonger pour six mois, aprĂšs des mois de dĂ©saccords ente le parti-social dĂ©mocrate et le parti conservateur, tous deux membres de la coalition au pouvoir. Le gouvernement français a, lui, fait pression pendant des semaines sur l’Allemagne pour reprendre les exportations coĂ»te que coĂ»te. Nombre de systĂšmes d’armements exportĂ©s contiennent des Ă©quipements des deux pays, comme pour les chars Leclerc et les canons Caesar. L’autorisation des deux gouvernements est donc nĂ©cessaire pour les exporter. Et Paris semble prĂȘt Ă  tout pour y parvenir.

L’ambassadrice de France en Allemagne, Anne-Marie DescĂŽtes, a ainsi dĂ©plorĂ© « la politisation croissante du dĂ©bat allemand sur les exportations d’armements ». Selon elle, le choix allemand de suspendre les ventes d’armes Ă  des pays en guerre ressort d’« objectifs de politique intĂ©rieure » liĂ©s aux « Ă©chĂ©ances Ă©lectorales ». Autre moyen de pression : selon des observateurs, Paris conditionnerait son soutien Ă  Berlin, dans le cadre de nĂ©gociations commerciales face Ă  Donald Trump impliquant l’industrie automobile, Ă  la reprise des exportations d’armes vers l’Arabie Saoudite.

Pendant ce temps, mi-fĂ©vrier, un rapport de parlementaires français se plaignait lui aussi de l’embargo allemand. « L’Arabie saoudite est l’un des principaux clients de l’industrie de dĂ©fense française et un alliĂ© important de notre pays dans la rĂ©gion. Un tel embargo aurait pour nous des consĂ©quences politiques et Ă©conomiques majeures. Le prĂ©sident de la RĂ©publique en a pris la mesure en refusant de l’envisager », Ă©crivaient les dĂ©putĂ©s. Peu importe la situation humanitaire des populations civiles au YĂ©men, victimes des bombardements et des blocus de la coalition dirigĂ©e par l’Arabie saoudite.

Au mĂȘme moment, le Parlement britannique publiait lui aussi un rapport qui, au contraire, disait que les exportations d’armes vers l’Arabie saoudite Ă©taient probablement illĂ©gales. Ces exportations pourraient en effet violer des conventions internationales, comme le TraitĂ© international sur le commerce des armes, qui interdit les transferts de matĂ©riel militaire quand il existe des risques de violations graves du droit international humanitaire ou de dĂ©stabilisation rĂ©gionale. Le 26 mars encore, une frappe aĂ©rienne a touchĂ© un hĂŽpital yĂ©mĂ©nite. L’attaque a fait au moins sept morts, dont quatre enfants, rapporte l’ONG Save the Children. L’organisation demande une « suspension immĂ©diate des ventes d’armes aux parties belligĂ©rantes au YĂ©men, oĂč des enfants sont tuĂ©s et mutilĂ©s aveuglĂ©ment ». Les gouvernements allemands et français entendront-ils cet appel ?

bastamag.net

Rachel Knaebel
@rachelknaebel
Journaliste, basée à Berlin.

[1] Selon l’ONU.

[2] Sur France Inter.

[3] Ce collectif est composé du groupe audiovisuel public Deutsche Welle, du magazine Stern, de la télévision publique ARD, du collectif de journalistes néerlandais Lighthouse Reports et du site britannique Bellingcat.

[4] Source : bases de donnĂ©es des registres du commerce de l’ONG Stockholm International Peace Research Institute, Sipri.

[5] Voir ici.

[6] Voir ici : « Pour ce qui est des chars Leclerc, je vous confirme que leur implication au YĂ©men a fortement impressionnĂ© les militaires de la rĂ©gion », se rĂ©jouissait alors le patron de l’entreprise, alors que le conflit yĂ©mĂ©nite avait commencĂ© un an plus tĂŽt.

[7] Source : Base de donnĂ©es des registres du commerce de l’ONG Stockholm International Peace Research Institute, Sipri.

[8] Les Émirats arabes unis sont le sixiĂšme « meilleur » client. Source : Rapport au Parlement 2018 sur les exportations d’armement de la France.

Publicités
Cet article a été publié dans Allemagne, Amnesty, Conseil de sécurité, Crimes, Crimes de Guerre, Défense Armée, Droits de l'Homme, Emirats, Europe, France, Guerre, Houthis, Humanitaire, International, Justice, Occident, ONU, Orient, Pays du Golfe, Politique, Scandale, UE, UN, UNSC, USA, Yemen. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 😡Utilisation d’armes françaises dans la guerre au YĂ©men : le gouvernement français continue de mentir

  1. Ping : Russie-Angola : Le prĂ©sident Poutine rencontre le prĂ©sident Lourenço | Yandexfr – DE LA GRANDE VADROUILLE A LA LONGUE MARGE

RĂ©pondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.