Le président Morales, Bolivie : Le conseil de sécurité des Nations-Unies a défendu le droit international en s’opposant à la résolution américaine sur le Venezuela

Macron, allié des États-Unis a reconnu Guaido comme président, le putschiste du Venezuela, Macron un sioniste, comme Hollande, les chiens de garde des États-Unis, sans état d’âme, pourrait aussi détruire la France

Buenos Aires, Sputnik – Le Conseil de sécurité de l’ONU, qui avait rejeté une résolution américaine sur le Venezuela, a maintenu les normes du droit international par cette action, a déclaré vendredi le président bolivien Evo Morales.

Nous nous félicitons que le Conseil de sécurité de l’ONU ait opposé son veto à la résolution sur le Venezuela, rédigée par les États-Unis, qui voulait violer la souveraineté du pays et lui fournir une « aide humanitaire » par la force. Le Conseil de sécurité a soutenu les normes du droit international, a écrit Morales sur Twitter.

Nous nous félicitons du fait que le Conseil de sécurité des Nations unies ait opposé son veto au projet de résolution des USA sur le Venezuela qui cherchait à violer sa souveraineté et insistait à « aider » par la force. Le Conseil de sécurité a appliqué les règles du droit international.

Jeudi, deux des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, à savoir la Russie et la Chine, ont opposé leur veto à la résolution rédigée par les États-Unis appelant à une nouvelle élection présidentielle dans ce pays d’Amérique latine sous contrôle international. L’Afrique du Sud a également voté contre la résolution, trois pays se sont abstenus, tandis que neuf autres États membres du Conseil des 15 l’ont soutenue.

Dans le même temps, le Conseil de sécurité de l’ONU a rejeté un projet de résolution présenté par la Russie, qui réaffirme le droit du gouvernement du président vénézuélien Nicolas Maduro de coordonner les livraisons d’aide au pays d’Amérique latine.

Le Venezuela traverse actuellement une crise politique tumultueuse. Tout a commencé le 5 janvier, lorsque le législateur Juan Guaido a été élu président de l’Assemblée nationale contrôlée par l’opposition, que toutes les autres branches gouvernementales refusent de reconnaître depuis 2016.

Le 23 janvier, deux jours après l’annulation de son élection par la Cour suprême vénézuélienne, Guaido s’est déclaré « président intérimaire » du pays. Maduro, qui a prêté serment pour son deuxième mandat présidentiel le 10 janvier après avoir remporté les élections de mai, qui ont été en partie boycottées par l’opposition, a qualifié la décision de Guaido de tentative de coup d’État orchestré par Washington.

Les États-Unis ont immédiatement reconnu le Guaido, après quoi une cinquantaine d’autres pays ont emboîté le pas. La Russie, la Chine, Cuba, la Bolivie et un certain nombre d’autres États ont, entre-temps, exprimé leur soutien au gouvernement légitime de Maduro. Le Mexique et l’Uruguay ont refusé de reconnaître le Guaido, se déclarant neutres et favorisant le règlement de la crise par le dialogue.

sputniknews.com

Adaptation Yandex

Publicités
Cet article a été publié dans Afrique, Afrique du Sud, Chine, Colombie, Cuba, Diplomatie, Europe, France, Humanitaire, International, Mexique, Occident, ONU, Politique, Résistance, Russie, UE, UN, UNSC, Uruguay, Venezuela. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.