Kertch: Ne vous préparez pas pour la guerre avec la Russie

La voix la plus sage, *retirer les forces de l’OTAN des frontières russes et éviter un conflit avec un État nucléaire, la Russie

By Bonnie Kristian
Don’t Gear up for War with Russia

A peine a-t-on appris la nouvelle de la saisie par la Russie de trois navires de guerre ukrainiens dans la mer Noire qu’on a commencé à spéculer sur la façon dont les Etats-Unis et l’Europe occidentale allaient réagir.

Le président Trump a exprimé son mécontentement général, déclarant lundi aux journalistes que son gouvernement « y travaille » avec les alliés européens et exprimant l’espoir que « cela va s’éclaircir ». L’ambassadeur des États-Unis auprès des Nations unies, Nikki Haley, a été plus précis et a déclaré que cette décision était « illégale » et « une violation scandaleuse du territoire souverain ukrainien » par Moscou. Les observateurs de la sécurité nationale ont recommandé le déploiement de navires américains et de navires de l’OTAN pour empêcher toute nouvelle action de la Russie tout en élargissant la présence militaire occidentale dans la région. Ils voulaient également que Washington impose de nouvelles sanctions et de nouveaux embargos pétroliers, notamment en augmentant l’aide militaire à l’Ukraine. Bref : préparez-vous à la guerre et croisez les doigts, la Russie va flancher.

Il s’agit là d’une impulsion compréhensible, mais en fin de compte téméraire, surtout pour les États-Unis. Là où les nations européennes, bien plus proches de la scène du conflit, peuvent se sentir obligées de réagir de manière agressive, les mêmes choix de Washington risquent une escalade dangereuse qui ne sera bénéfique à personne. Comme le Secrétaire général de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord OTAN, Jens Stoltenberg, l’a averti : « Ce que nous avons vu… était très grave. Mais en même temps, nous devons travailler à la désescalade, au calme et à la retenue, car nous devons éviter que cette situation ne devienne incontrôlable. »

Il est évident, bien sûr, que la Russie a tort ici, et les États-Unis n’ont pas besoin de se gêner pour en dire autant. Un traité conclu en 2003 garantit à l’Ukraine un accès sans entrave à la mer d’Azov, qui borde les deux pays, par le détroit de Kertch, où la saisie a eu lieu. Le non-respect par Moscou de sa parole place les Etats-Unis aux côtés de l’Ukraine à toute table de négociation partagée.

Mais dire que l’Ukraine a été lésée ne veut pas dire qu’il est nécessaire ou prudent que les États-Unis dirigent une réaction axée sur l’armée. Il n’est pas exagéré de dire qu’une réaction qui n’accorde pas la priorité à la diplomatie et à la retenue risque de conduire l’Amérique, même à son insu, vers une nouvelle guerre froide – ou, redoute-t-on, un conflit plus chaud.

Le renforcement de la présence militaire américaine en mer Noire, en Ukraine et dans les eaux et territoires voisins n’est pas une voie sûre vers le retrait de la Russie. Au contraire, si l’on observe le comportement des Russes à l’égard de l’Ukraine ces dernières années, on peut penser que Moscou est déterminée à maintenir son soutien aux forces anti-Kiev face à l’opposition. L’ajout d’armes américaines supplémentaires – et la mise en place de troupes américaines en position de conflit naval direct avec la Russie – ne garantit pas que le Kremlin va reculer. Cela ne ferait qu’aggraver les relations entre les États-Unis et la Russie, avec des conséquences potentiellement sombres qu’il est dans l’intérêt des États-Unis d’éviter.

Et la question des intérêts américains est cruciale ici parce qu’il s’agit d’un conflit d’intérêt vital pour l’Ukraine et, de l’avis du Kremlin, pour la Russie. Mais c’est sans doute une préoccupation secondaire pour les États-Unis. Reconnaître ce que la Russie a fait, c’est mal, c’est ne pas reconnaître la responsabilité des Américains d’essayer de la « réparer ». « Se battre contre une puissance nucléaire en déclin sur l’Ukraine, c’est exactement le contraire de la sagesse », note Daniel DePetris chez DefenseOne, « rappelez-vous que l’Ukraine n’est pas un allié. La Russie a tellement plus en jeu dans le résultat que l’Amérique, si bien que la première sera toujours plus disposée à faire les sacrifices nécessaires pour parvenir à l’état final politique souhaité. »

C’est ce déséquilibre des enjeux qui rend si dangereux l’espoir que Moscou se retire d’une démonstration de la puissance militaire américaine : Il y a de fortes chances pour que rien ne tienne. Même un succès apparent à court terme peut jeter les bases d’un conflit de grandes puissances en habituant davantage Washington à considérer l’action militaire comme un outil universel des affaires étrangères. Heureusement, la boîte à outils de l’Amérique est un peu plus grande et il n’est pas nécessaire de l’appliquer à tous les problèmes à l’étranger. Dans ce cas, la voie la plus sage est une condamnation de la malfaisance de Moscou, un engagement diplomatique le cas échéant, et le souci d’éviter d’exacerber le conflit avec un autre État nucléaire..

nationalinterest.org

Adaptation Yandex

Bonnie Kristian est membre de Defense Priorities et rédactrice en chef de The Week. Ses écrits ont également été publiés dans Time Magazine, CNN, Politico, USA Today, le Los Angeles Times, Relevant Magazine, The Hill et The American Conservative, entre autres.

*Des phases par palier ou niveau, de défense, d’alerte, d’évènements ou de sanctions, vous avez remarquer en Syrie; ou les sanctions économiques, les ambassadeurs russes aux Etats-Unis, ce qu’il s’est passé en Syrie est plus flagrante « vous avez avancer un pas de trop, mise en place des missiles S-300, avancer encore une fois d’un pas, ce sera des S-400 pour la défense syrienne ». Cette semaine, le passage en force des navires de guerre ukrainiennes, les drones espions US, les avions espions US et israéliens, les forces russes ont déployé de(s) batterie(s) de missiles de défense côtière « Bal« , région de Kretch et une quatrième batterie de S-400 en Crimée. La Russie répondra à un niveau inférieur comme les journalistes de RT France, il n’est pas prévu de sanctions pour les journalistes français côté russe.

C’est un calendrier de programmes pré-établi, souveraineté, allié, défense, finance, économie, énergie, politique, terrorisme, sécurité, justice… Le droit de survie où des limites, des frontières fictives, dans le respect de chaque peuple, peut être fixé.

Comme la “taïga”, Yandex.

Publicités
Cet article a été publié dans Crimée, Diplomatie, Europe, G20, Géopolitique, International, Occident, ONU, OTAN, Politique, Russie, Sanctions, Sécurité, UE, Ukraine, UN, UNSC, USA. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.