Russie: des conseillers, des mercenaires et des agents politiques russes étendent leur influence en Afrique

Vladimir Poutine en Afrique

By Henry Meyer, Ilya Arkhipov, and Aina Rahagalala
Russian Advisers, Mercenaries And Political Operatives Expand Influence In Africa: Bloomberg
Selon Bloomberg, des conseillers, des mercenaires et des agents politiques russes étendent leur influence en Afrique

Evgueni Prigozhin, un homme d’affaires présenté dans les médias grand public comme le « chef » de Poutine et propriétaire du mythique « groupe Wagner », aurait investi dans de nombreux pays africains.

Selon Bloomberg, la Russie cherche à raviver ses liens avec l’Afrique pendant la guerre froide. Cependant, selon le média, la Russie ne possède pas les ressources financières dont disposent les Etats-Unis, l’Europe ou la Chine, de sorte qu’elle tente de soumettre les pays en envoyant des mercenaires dans « des Etats instables mais potentiellement riches qui ont le goût des armes russes ».

Prigozhin et son entourage supposé de « soldats contractuels et d’agents politiques » doivent offrir des services de sécurité, de formation aux armements et de propagande électorale. En échange, ils auraient besoin de droits miniers et d’autres possibilités, selon deux personnes non nommées qui connaissent bien la question.

Selon Bloomberg, il est déjà actif ou s’installe actuellement dans 10 pays qui ont des relations militaires avec la Russie : la République démocratique du Congo, le Soudan, la Libye, Madagascar, l’Angola, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Mozambique, le Zimbabwe et la République centrafricaine.

Cette augmentation de l’activité s’inscrit dans la perspective du sommet Russie-Afrique de 2019, qui accueillera plus de 50 dirigeants du continent en Russie. Selon le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, cette initiative assurera « la présence active de la Russie dans la région ».

En 2014, Poutine a décerné un prix à Prigozhin pour ses services rendus au pays. Poutine aurait également comparé son travail à celui de George Soros, « le milliardaire financier étatsunien longtemps accusé par le Kremlin de renverser des gouvernements à la demande de Washington ».

« Les Russes veulent avoir de l’influence auprès des gouvernements, ils veulent un accès économique et ils sont beaucoup plus flexibles – c’est leur avantage », a déclaré Peter Pham, directeur du Centre Afrique du Conseil atlantique, basé à Washington. « Ça ne coûte pas cher d’envoyer quelques centaines de gars pour soutenir un président. »

Bloomberg a ajouté que Prigozhin n’avait pas répondu aux courriels et aux demandes téléphoniques de commentaires par l’intermédiaire de sa Concord Catering Company. Les responsables des pays qu’il « cible » n’ont pas non plus fait de commentaires.

Prigozhin et sa société faisaient partie des trois entreprises russes et des 13 Russes inculpés en février par le conseiller spécial Robert Mueller dans son enquête sur l’ingérence présumée dans les élections présidentielles étatsuniennes de 2016.

Plus récemment, le 15 novembre, un juge étatsunien a rejeté l’offre d’une autre société de Progozhin de rejeter les accusations.

L’Afrique est importante, car depuis l’époque soviétique, la Russie entretient des liens étroits avec la région. Il n’est donc pas surprenant que le Kremlin s’y concentre, surtout si l’on tient compte des sanctions occidentales qui sont régulièrement imposées.

Bloomberg a également publié une carte qui montre l’influence russe dans les pays africains.

Selon Polina Slyusarchuk d’Intexpertise, un groupe de recherche axé sur l’Afrique à Saint-Pétersbourg, la Russie poursuit une stratégie globale pour développer des liens commerciaux et de sécurité avec le continent africain dans son ensemble.

Cela n’est pas surprenant, car le comportement des États-Unis sous l’administration Trump a conduit à la régionalisation et au regroupement, poussant ainsi au resserrement des liens entre des régions qui n’ont pas toujours été sous les auspices de Washington.

Les efforts d’investissement de la Russie n’ont cependant pas tous été couronnés de succès. Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a gelé le projet nucléaire de plusieurs milliards de dollars de son prédécesseur avec la Russie après son arrivée au pouvoir en février.

Le gouvernement russe augmente cependant le montant des investissements pour tenter de persuader les pays, en plus de l’annulation de 20 milliards de dollars de dettes détenues par les pays africains en 2017. Cela va à l’encontre de ce que Bloomberg a prétendu plus tôt que la Russie ne possède pas les ressources financières nécessaires pour investir.

Récemment, l’Égypte a obtenu un prêt russe de 25 milliards de dollars pour construire sa première centrale nucléaire. Des pourparlers sont également en cours avec l’Érythrée en vue d’établir la première plate-forme logistique russe sur la mer Rouge, près de la base permanente des États-Unis en Afrique et la première installation militaire chinoise à l’étranger à Djibouti.

En mars 2018, Sergei Lavrov s’est rendu en Afrique et a visité cinq pays, dont le Zimbabwe, où des sociétés russes participent à une entreprise d’exploitation du platine de 3 milliards de dollars.

Selon l’une des sources anonymes de Bloomberg, « les conseillers politiques de Prigozhin ont conseillé Emmerson Mnangagwa sur sa victoire contestée aux élections de juillet pour succéder à Robert Mugabe, qui a fait du Zimbabwe un paria international pendant ses quatre décennies de règne ».

Les opposants de Mnangagwa l’ont accusé d’avoir sollicité l’aide des « Russes » pour manipuler les sondages, son parti, le Zanu-PF, a rejeté toutes les allégations et aucune preuve n’a été présentée à l’appui de ces allégations.

La Russie a également acquis une présence militaire en République centrafricaine lorsque l’ONU lui a accordé une dérogation pour armer et défendre le gouvernement du pays.

Bloomberg a également cité les médias russes et français qui ont affirmé que le groupe mythique Wagner, qui est supposé appartenir à Prigozhin, mène à des concessions d’or et de diamants en RCA et au Soudan. En RCA, trois individus se présentant comme journalistes ont été assassinés, ils ont été engagés par le magnat en exil Mikhaïl Khodorkovski pour « enquêter sur les activités du groupe Wagner ». Les médias de masse ont montré cet incident comme une tentative des entités liées à Prigozhin de dissimuler leur activité. Cependant, selon les données disponibles en ligne, les « journalistes » sont morts en raison d’une mauvaise planification sécuritaire de leur voyage à travers la zone de conflit.

Prigozhin est maintenant sur le point d’entrer en République démocratique du Congo, où des élections sont sur le point d’avoir lieu pour choisir un nouveau dirigeant.

Le président Joseph Kabila a nommé un général à la retraite comme ambassadeur en Russie et l’a chargé de négocier la fourniture d’armes et d’assistance, selon un responsable occidental anonyme. L’ambassade de la RDC a déclaré que la Russie ne lui a fourni aucune arme et qu’elle ne joue aucun rôle dans les prochaines élections.

« Kabila a désespérément besoin d’aide extérieure », a déclaré Martin Fayulu, candidat de l’opposition. « Il n’est pas surprenant que la Russie s’installe au Congo, étant donné nos vastes richesses minières. »

Selon Bloomberg, la Russie a également des intérêts à Madagascar, le plus grand producteur mondial de vanille et détenteur de gisements de métaux précieux. Un envoyé du Kremlin s’est rendu sur l’île en mars pour s’entretenir avec la présidente de l’époque, Hery Rajaonarimampianina.

Selon l’officiel occidental anonyme, la Russie soutient l’offre du président Alpha Conde d’abolir les limites du mandat afin qu’il puisse chercher à rester au pouvoir une fois son mandat terminé en 2020. L’État africain est le plus grand fournisseur de bauxite du géant russe de l’aluminium United Co. Rusal.

Le ministre des Affaires étrangères guinéen et le porte-parole du gouvernement ont tous deux refusé de fournir des commentaires à Bloomberg.

Quant à la Libye, Prigozhin aurait assisté à des pourparlers entre le ministre russe de la Défense et le commandant libyen Khalifa Haftar, qui contrôle la majeure partie de la partie orientale de cet État riche en pétrole.

   « Comme tout homme d’affaires normal, Prigozhin cherche les endroits les plus lucratifs pour investir son argent « , a déclaré Irina Abramova, directrice de l’Institut russe d’études africaines à Moscou. « Il s’est dit, pourquoi je ne devrais pas essayer ? Et on ne devrait l’en remercier que si les Africains en profitent. »

En fait, la Russie a de nombreux intérêts en Afrique, à juste titre. Selon les experts, les efforts russes sont coordonnés avec ceux de la Chine. Cependant, contrairement aux Etats-Unis, il est compréhensible que la Chine et la Russie suivent un « complot diabolique » pour abuser des ressources et de la population de ces pays. Les États-Unis et d’autres pays occidentaux ne sont, bien sûr, là que pour aider la population et ne rien prendre en retour.

le-blog-sam-la-touch.over-blog.com

southfront.org

Source bloomberg.com Putin’s Notorious ‘Chef’ Is Now Meddling Across Africa

[Le «chef» notoire de Poutine s’immisce désormais en Afrique]

Traduction SLT

Centrafrique, main basse de Moscou

Les Russes sont de plus en plus visibles dans le pays. Parmi les objectifs de Moscou, affaiblir la présence française en Afrique.

À Bangui, ils sont partout. Les voici assurant la formation de l’armée centrafricaine (Faca), encadrant la garde présidentielle, assurant la protection rapprochée du président Faustin-Archange Touadéra. Le drapeau à bandes horizontales blanche, bleue et rouge a fleuri dans la ville tout comme un pin’s aux couleurs de la Russie et de la République centrafricaine (RCA). Dans la rue, des publicités font la promotion de leurs actions dans le pays. Ils accueillent même le président centrafricain à sa descente d’avion.Cette évolution fulgurante a commencé en décembre 2017, lorsque Moscou a obtenu l’autorisation de l’ONU d’envoyer des armes et des instructeurs. Au début de l’année, 170 civils et cinq militaires ont débarqué. « En juillet, ils étaient entre 300 et 400 », constate Roland Marchal, du Centre d’études et de recherches internationales (Ceri). « Ce sont d’anciens militaires travaillant pour une société de sécurité et des militaires des Forces spéciales », ajoute Thierry Vircoulon, chercheur de l’Institut français de relation internationale (Ifri), de retour de RCA. Quelle société de sécurité ? La Wagner, connue pour ses mercenaires en Syrie. Les instructeurs ne se contentent pas de rester à Bangui. Ils accompagnent les Faca dans le pays. Un bon moyen pour placer des relais à l’intérieur du pays, recueillir du renseignement, nouer des contacts. « Avec l’aide des Russes, les Faca ont pu se déployer à nouveau dans plusieurs villes », précise Thierry Vircoulon. La collaboration entre les deux pays s’est encore resserrée le 22 août, par la signature d’un accord de défense. Désormais, les Centrafricains pourront se former dans les écoles militaires russes.Moscou dispose même d’un homme au cœur du… ⏭ la-croix.com 03 10 18

Publicités
Cet article a été publié dans Afrique, Angola, Érythrée, Centrafrique, Chine, Congo, Défense Armée, Dette, Diplomatie, Djibouti, Egypte, Europe, Finance, Françafrique, France, Géopolitique, Guinée, Guinée_Bissau, International, Libye, Madagascar, Mercenaires Wagner, Mozambique, ONU, Politique, Russie, Soudan, UE, USA, Zimbabwe. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Russie: des conseillers, des mercenaires et des agents politiques russes étendent leur influence en Afrique

  1. Ousmane Berthe dit :

    Bienvenue la Russie.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.