Contre-sanctions russes, symbole d’un monde multipolaire en marche

Le temps d’une riposte adéquate à l’attitude provocatrice des USA était venu

Mikhail Gamandiy-Egorov

Chaque patience a des limites. Chaque comportement insolent mérite une réponse adéquate. Les États-Unis commencent à entrevoir le résultat de leurs actions.

Après l’expulsion en décembre dernier de 35 diplomates russes en poste aux USA, décidée par l’Administration Obama, le gouvernement russe avait décidé de ne pas réagir immédiatement. Pourtant, des mesures de rétorsion avaient été préparées par le ministère russe des Affaires étrangères et se trouvaient déjà sur la table. Le Kremlin voulait ainsi donner un minimum de capacité d’action à la nouvelle administration étasunienne.

Les mois ont passé, mais l’État profond étasunien poursuit sa politique de russophobie hystérique, Moscou incarnant sans doute à ses yeux le bouleversement multipolaire des relations internationales. Les États-Unis sont ce qu’ils sont et cela n’est pas encore prêt à changer. Le temps est donc venu pour de nouvelles mesures de riposte.

En quoi consistent-elles d’ailleurs? En réponse aux nouvelles sanctions étasuniennes visant la Russie, ainsi qu’à la limitation d’accès aux propriétés diplomatiques russes aux USA, la Russie a annoncé le blocage de plusieurs bâtiments utilisés par la mission diplomatique US en Russie.

Mais ce n’est pas tout. La Russie annonce une nette diminution du personnel diplomatique US en Russie. Enfin, l’État russe se garde le droit de frapper les intérêts commerciaux des entreprises étasuniennes et d’adopter d’autres mesures pouvant frapper les intérêts américains.

En parlant de la diminution plus que conséquente à venir du personnel diplomatique étasunien sur le sol russe, voici quelques chiffres. Après l’expulsion en décembre 2016, à la veille du Nouvel An, de 35 diplomates russes en poste aux USA, l’effectif total actuel de la mission diplomatique russe aux États-Unis comptabilisait 455 personnes. Qu’en est-il de la mission diplomatique US en Russie? Son effectif total à l’heure actuelle représente 1.155 personnes, basées à Moscou, Saint-Pétersbourg, Ekaterinbourg et Vladivostok. Désormais, la Russie donne jusqu’au 1er septembre afin que son «partenaire» étasunien ajuste ses effectifs diplomatiques sur ceux des diplomates russes se trouvant aux USA. Cela représente 700 cadres de la mission «diplomatique» US qui vont devoir assez rapidement faire leurs bagages et rentrer chez eux.

En passant, voilà qui évoque le single de 1986 interprété par la chanteuse Desireless «Voyage, voyage» avec un léger remix: «Bagages, bagages»… Bref, la Russie a confirmé que malgré toute la patience et l’ouverture au dialogue dont elle avait fait preuve, le temps d’une riposte adéquate à l’attitude provocatrice des USA était venu. Certains y voient un retour aux meilleurs temps de la Guerre froide.

Guerre froide ou pas, l’essentiel est qu’il n’y aura certainement pas de retour aux années 1990, lorsqu’un seul pays s’était retrouvé en position hégémonique avec des conséquences dramatiques pour une très large partie de l’humanité. Cela n’a plus lieu d’être aujourd’hui. Difficile évidemment de l’accepter pour les défenseurs du concept unipolaire, notamment ceux qui appartiennent à ce fameux «État profond». Mais les faits s’imposent d’eux-mêmes. Et les pays partisans actifs de la multipolarité, dont évidemment la Russie, confirment chaque jour un peu plus qu’ils ne toléreront plus l’insolence, le diktat et les actions criminelles de ceux qui s’étaient habitués à un comportement hégémonique.

Dernier point pour clore le thème des États-Unis. Laissons parler à ce sujet Nelson Mandela, grand héros sud-africain, longtemps considéré comme «terroriste» par les gouvernements occidentaux, y compris étasunien:

«S’il y a un pays qui a commis des atrocités indicibles dans le monde, c’est bien les États-Unis d’Amérique. Ils n’ont rien à faire des êtres humains (…). Si l’on étudie ces choses, on arrive à la conclusion que le comportement des USA est une menace pour la paix dans le monde».

Le temps est donc effectivement venu que des forces responsables puissent y mettre un terme et promouvoir une relation de justice dans les relations internationales. Point.

fr.sputniknews.com

Mikhail

Gamandiy-Egorov

Publicités
Cet article a été publié dans Afrique du Sud, État profond, Diplomatie, Europe, Géopolitique, International, Médias, Politique, Russie, Sanctions, USA. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s