Vladimir Poutine chez les vieux croyants : la visite de la réconciliation #Orthodox

Vladimir Poutine a été reçu par le chef de l’Église orthodoxe des vieux croyants, le métropolite Corneille. Crédits : Kremlin.ru

Le métropolite Corneille : « C’est la vraie orthodoxie ! », il a conclu, s’adressant à son hôte : « Dieu vous garde ! »


Татьяна Меликян  Tatiana Melikyan

C’est le métropolite en personne qui avait invité le président russe lors de leur récente première rencontre officielle.

Le 31 mai dernier, le président russe Vladimir Poutine s’est rendu à la résidence du chef de l’Église orthodoxe des vieux croyants, le métropolite Corneille, à sloboda Rogojskaïa. L’événement est historique : c’est la première fois depuis le schisme de 1667, qui a donné naissance aux vieux croyants, qu’un chef d’État russe rend visite à cette communauté rebelle, persécutée durant des siècles par le pouvoir tsariste et soviétique. Lenta.ru revient sur cette journée

Cette visite inédite a été l’occasion, pour de nombreux Moscovites, de découvrir l’existence même de la sloboda Rogojskaïa, cet ancien quartier moscovite peuplé de vieux croyants depuis 300 ans. Il leur semblait, jusqu’alors, que cette zone située près du troisième périphérique, où ne poussent que des tours d’immeubles standard, ne pouvait absolument pas conserver un site ancien. Et encore moins d’une telle importance !

La cathédrale Pokrovski, par exemple, la principale du village, date de sa fondation. Elle abrite en son sein, dans leur aspect originel, des fresques et des icônes, ainsi qu’un candélabre en argent de l’époque de Catherine, fonctionnant toujours à la bougie. Pour « allumer » ce gigantesque lustre, le novice monte un escalier et allume les chandelles dans leurs veilleuses, une à une. Les plafonds sont ornés d’un « Œil terrible du Sauveur » du XIVe siècle et d’une Vierge peinte par Andreï Roublev. Le clocher, élancé, moins haut d’une seule brique que celui d’Ivan Veliki, au Kremlin, a été construit en 1908, pour célébrer un décret de Nicolas II qui accordait aux vieux croyants des libertés religieuses.

Tout le territoire de la sloboda est coupé du monde par une enceinte, isolé et soumis à des règles internes très strictes. Pourtant, les vieux croyants s’ouvrent parfois à l’extérieur, et notamment à l’occasion de la plus « laïque » de leurs fêtes : la Semaine des Saintes Myrrhophores. La sloboda accueille à cette période des foires et des célébrations populaires.

« Le bien de notre pays est notre bien »

Une exposition spéciale baptisée « Force de l’esprit et fidélité à la tradition » était organisée. Crédits : Kremlin.ru

Le 16 mars dernier, c’est le métropolite en personne qui y avait invité le président russe, pour leur première rencontre officielle. C’est Corneille également qui a accueilli le président à son arrivée, à la sortie de sa limousine Mercedes-Benz Pullman. À voix basse, le primat a parlé brièvement à son hôte de la sloboda et des objets cultes de la culture vieille croyante, réunis pour l’occasion dans une exposition spéciale, baptisée « Force de l’esprit et fidélité à la tradition ».

« Voilà l’impératrice. Elle était toute noire quand elle est revenue chez nous, a entamé le métropolite en montrant le visage d’une Vierge, alors qu’il guidait le président au travers de l’exposition. Mais elle a retrouvé depuis son aspect d’origine : beau et joyeux, comme toutes les icônes. »

Toute l’exposition, qui rassemblait, outre des icônes anciennes, des informations sur les célèbres marchands et mécènes liés à la communauté de Rogojskaïa, visait, pour la communauté, à dissiper le mythe selon lequel les vieux croyants, en refusant la réforme de l’Église à la moitié du XVIIe siècle, s’étaient opposés aussi à l’État russe.

« Les persécutions ont été terribles, mais ils [les vieux croyants, NDLR] sont toujours restés fidèles à leur patrie », a insisté Corneille, citant les mécènes Morozov, vieux croyants de confession : Le bien de notre pays est notre bien. Poutine a confirmé, reconnaissant que les vieux croyants se sont toujours distingués par l’amour de la patrie et l’importance accordée au travail et à la famille. À propos des nombreux vieux croyants qui reviennent actuellement en Russie après avoir vécu à l’étranger, le président russe a promis de les « encourager ».

Le président russe a promis d’ « encourager » les nombreux vieux croyants qui reviennent actuellement en Russie après avoir vécu à l’étranger. Crédits : Kremlin.ru

Corneille a ensuite offert à son hôte une icône de la Sainte Trinité, « priée par les vieux croyants ». « Qu’elle vous protège, et que la paix et l’amour représentés sur l’icône soient aussi dans nos âmes, et dans notre État », a souhaité le métropolite. Poutine, recevant le présent, s’est signé et a embrassé l’icône.

Puis, le métropolite a poursuivi son discours : « Vous avez accompli aujourd’hui, je pense, un événement historique, a-t-il dit. C’est la première fois dans l’histoire de la vieille foi, en 350 ans, que le chef de l’État russe visite un centre spirituel vieux croyant. Et nous vous en sommes très reconnaissants. » Corneille a également remercié le président russe pour la possibilité offerte aux vieux croyants du monde entier de se réunir à Moscou. Une rencontre de ce type venait justement de se tenir quelques jours plus tôt. «  Nous avons parlé du retour au pays et de la participation à l’agriculture. Ils voudraient qu’on leur donne une terre. Ils la feraient renaître et prieraient », a déclaré Corneille.

« Car la vieille foi, Vladimir Vladimirovitch [Poutine], ce n’est pas seulement ce qui est apparu après le schisme, a repris le métropolite. C’est la vraie orthodoxie, arrivée sur notre terre dès l’époque de Byzance, à travers le prince Vladimir. Et c’est cela que nous conservons. » La vieille foi n’est pas seulement le passé de la Russie, mais aussi son avenir, a martelé Corneille. Affirmant une nouvelle fois, avec émotion : « C’est la vraie orthodoxie ! », il a conclu, s’adressant à son hôte : « Dieu vous garde ! »

La cathédrale Pokrovski abrite en son sein des fresques et des icônes de l’époque de Catherine. Crédits : Kremlin.ru

Après avoir écouté le métropolite en silence, le président, en retour, l’a « félicité encore une fois ». Au primat de l’Église de la vieille foi qui fêtait en effet, ce 1er juin 2017, le soixante-dixième anniversaire de l’ange de son prénom, le chef de l’État a offert une édition vieille croyante de la Vie de Nicolas de Myre. Enfin, Corneille a conduit le président jusqu’à la cathédrale Pokrovski, pour y écouter les chants du chœur.

Les vieux-croyants, du XVIIe à nos jours

En 1650-1660, souhaitant réunir les Églises de Russie et de Grèce, le patriarche moscovite Nikon a imposé une réforme au monde orthodoxe russe, qui visait à uniformiser les rites, pratiques et textes religieux. Une partie des croyants, derrière l’archiprêtre Avvakoum, s’est toutefois opposée à ces réformes, dans un mouvement qui a conduit au grand schisme (raskol) de l’Église russe. Plusieurs groupes, réunis sous l’appellation de « vieux-croyants », se détachèrent alors de la hiérarchie officielle pour perpétuer la tradition ecclésiastique antérieure à la réforme.

Parmi ces groupes, on distingue deux branches principales : la presbytérienne, qui ordonne des prêtres, et les non-presbytériens, plus radicaux, qui n’en ordonnent pas.

Les vieux-croyants vivent dans des lieux reculés, de façon rurale et précaire, subvenant eux-mêmes à leur besoins. Ils sont très conservateurs, évitant autant que faire se peut de se pénétrer de la civilisation contemporaine et préférant conserver les traditions des croyants du XVIIe siècle.

S’il est difficile d’établir leur nombre exact, les vieux croyants seraient aujourd’hui un à deux millions dans le monde, dont quelques milliers en Amérique latine et en Chine, descendants des émigrés ayant fui les répressions soviétiques antireligieuses des années 1930.

Depuis 1971 et la levée de son anathème à leur encontre, la hiérarchie orthodoxe russe officielle ne considère plus les vieux croyants comme des « hérétiques ».

L’Église orthodoxe vieille-ritualiste russe presbytérienne, dirigée par le métropolite Corneille, est la plus importante des confessions vieille-croyantes de Russie.

lecourrierderussie.com

Source lenta.ru

Traduction Julia Breen

Publicités
Cet article a été publié dans International, Politique, Religion, Russie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s