Attaque chimique: ceux qui empêchent une enquête «n’ont pas la conscience tranquille»

Ceux qui tentent de bloquer la proposition russe «n’ont pas la conscience tranquille». Hein! Jean-Marc Ayrault… Ha-Ha-Ha!

«Nous chercherons à établir la vérité», a déclaré le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, précisant que ceux qui tentent de bloquer la proposition russe de lancer une enquête indépendante sur l’attaque chimique d’Idlib «n’ont pas la conscience tranquille».

Faisant écho au bombardement américain du 7 avril, le ministre russe des Affaires étrangères a reproché aux États-Unis d’avoir bloqué le lancement d’une enquête sur l’attaque chimique présumée du 4 avril.

« Toute tentative de bloquer la proposition russe et iranienne de créer une commission indépendante chargée de mener une enquête impartiale et objective ne fait que montrer que tous ceux qui s’adonnent à de telles tentatives n’ont pas la conscience tranquille », a-t-il déclaré lors d’une réunion avec ses homologues iranien et syrien à Moscou.

« Nous ne tolérerons pas ce genre de tentatives et chercherons à établir la vérité », a-t-il ajouté.

M. Lavrov a attiré l’attention sur le fait qu’« il est de plus en plus évident qu’il s’agit d’une mise en scène », se référant à l’incident impliquant l’utilisation d’armes chimiques dans la province de Idlib.

« Des publications reflétant l’opinion d’experts professionnels émergent aujourd’hui, y compris aux États-Unis et au Royaume-Uni, elles font état de trop d’incohérences et d’anomalies dans la version des événements présentée pour justifier l’agression du 7 avril (frappes des États-Unis, ndlr) », a déclaré M. Lavrov.

À Moscou, la Russie, l’Iran et la Syrie ont déclaré que les frappes américaines contre la Syrie étaient un acte d’agression internationale et exhorté les États-Unis à respecter la souveraineté syrienne.

« Nous insistons pour que les États-Unis et leurs alliés respectent la souveraineté de la Syrie en s’abstenant à l’avenir d’actions semblables à celles qui se sont produites le 7 avril et qui ont eu de graves conséquences non seulement pour la sécurité régionale, mais aussi pour la sécurité mondiale, pour ses piliers qui sous-tendent le droit international et l’ordre mondial actuel », a déclaré M. Lavrov après des entretiens avec les ministres des Affaires étrangères iranien et syrien.

Mardi 4 avril, une frappe aérienne sur la ville de Khan Cheikhoun dans la province d’Idlib, en Syrie, a été suivie par l’intoxication aux produits chimiques de nombreux habitants.

Des sources locales proches de l’opposition font état de 80 morts et de 200 blessés et en imputent la responsabilité aux forces gouvernementales syriennes. Celles-ci rejettent ces accusations et expliquent que le bombardement aérien sur Khan Cheikhoun a touché un entrepôt d’armes chimiques de groupes terroristes, dont les agents actifs ont alors contaminé la population.

Les autorités russes demandent une enquête impartiale sur cette affaire avec l’implication de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC). En l’absence d’une telle enquête, l’origine de l’intoxication aux produits chimiques des habitants de Khan Cheikhoun reste donc controversée.

fr.sputniknews.com

La résolution française vise à l’enquête sur l’attaque chimique et non sur les armes chimiques. Et Vlan! Veto russe…

Publicités
Cet article a été publié dans Chimique, Europe, France, International, Iran, Occident, OIAC, ONU, Orient, Politique, Russie, Syrie, Terrorisme, UE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s