Attaques chimiques, Idlib : La Syrie continue à remplir ses engagements envers l’OIAC

La France est l’Etat responsable politiquement et moralement du bombardement des infrastructures et du meurtre des civils en Syrie dans le cadre de la soi-disant “Coalition internationale”

New York / Le chargé d’affaires par intérim de la délégation permanente de la Syrie auprès de l’ONU, le ministre plénipotentiaire, Monzer, a affirmé que la Syrie continue à remplir tous ses engagements envers l’OIAC et rejette catégoriquement la falsification des faits et la fabrication des accusations.

Lors d’une séance tenue par le Conseil de sécurité sur l’usage des armes chimiques à Khan Chikhoune dans la banlieue d’Idleb, Monzer a dit : “La Syrie affirme que l’armée arabe syrienne ne dispose aucun type d’armes chimiques et ne les avaient jamais utilisées”.

Il a fait noter que la position du gouvernement syrien est “constante et de principes” dans le rejet et la condamnation du crime de l’usage des armes chimiques et de toute autre arme de destruction massive.

Monzer a rappelé le Conseil de sécurité du fait que le gouvernement syrien avait adressé plus de 90 messages à l’ONU qui avaient inclus des informations corroborées sur la possession par les groupes terroristes des agents chimiques qui leur avaient été envoyés particulièrement par le gouvernement turc.

Monzer a assuré que le 1er bénéficiaire de l’usage des armes chimiques est les régimes qui visent la Syrie depuis six ans dans le but de sauver leurs alliés des groupes terroristes, faisant savoir que la France est l’Etat responsable politiquement et moralement du bombardement des infrastructures et du meurtre des civils en Syrie dans le cadre de la soi-disant “Coalition internationale”.

Monzer a indiqué que le gouvernement de la République arabe syrienne, qui rejette complètement la falsification des faits et la fabrication des accusations, continuera à remplir tous ses engagements à l’OIAC et à lutter contre le terrorisme.

Safronkov : Les images véhiculées sur Khan Chikhoune dans la banlieue d’Idleb sont fabriquées

L’ambassadeur de la Russie auprès de l’ONU, Vladimir Safronkov, a affirmé que l’escalade permanent vis-à-vis de ce qui s’était passé dans la banlieue d’Idleb fait partie de la campagne de propagande contre le gouvernement syrien.

Lors d’une séance du Conseil de sécurité, Safronkov a indiqué que les images véhiculées sur Khan Chikhoune dans la banlieue d’Idleb sont fabriquées, mettant en doute la crédibilité des soi-disant “Casques blancs”.

Safronkov a souligné que l’OIAC avait affirmé que les deux réseaux terroristes du “Front Nosra” et de “Daech” disposent d’agents chimiques et de gaz moutarde et sarin, appelant à mener une enquête non politisée sur les allégations de l’usage des armes chimiques sur la base des faits corroborés.

“Nous ne trouvons pas de besoin défini d’adopter le projet de résolution occidental soumis au Conseil de sécurité. Tout autre projet doit être différent dans la forme et le fond”, a-t-il dit.

Safronkov a ajouté que certains communiqués au Conseil de sécurité envers la Russie et la Chine sont inacceptables, disant : “Nous n’écoutons point vos communiqués s’ils ont été répétés de cette manière”.

L’ambassadeur de Chine lors de la séance : Il est impossible d’obliger la Chine à voter comme les autres le veulent

De son côté, l’ambassadeur de Chine auprès de l’ONU, Liu Jieyi, a indiqué que son pays n’accepte pas de parvenir à des résultats anticipés sur l’usage des armes chimiques avant l’obtention des informations suffisantes.

Il a assuré qu’il est impossible d’obliger la Chine à voter comme les autres le veulent et que la communauté internationale doit s’unifier dans la lutte contre le terrorisme.

Jieyi a souligné que son pays appelle à nouveau au règlement de la crise en Syrie par les voies politiques, indiquant que la Chine contribuera à créer les circonstances appropriées en vue de parvenir à ce règlement et continuera son soutien à la poursuite des pourparlers par le biais de l’ONU.

Il a fait noter que la communauté internationale doit consolider la coopération et la coordination pour traiter la crise en Syrie.

A. Chatta

sana.sy

Mouallem et Lavrov affirment le rejet de la campagne présumée contre la Syrie sur l’usage des armes chimiques. Les deux parties ont insisté sur l’importance de poursuivre la lutte contre le terrorisme et d’œuvrer en même temps pour parvenir à un règlement politique de la crise en Syrie. sana.sy

Moscou / La porte-parole du ministère russe des AE, Maria Zakharova, a qualifié de “partial et inacceptable” le projet de résolution soumis par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France au Conseil de sécurité sur la soi-disant “attaque chimique à Khan Chikhoune”. sana.sy

Publicités
Cet article a été publié dans Chimique, Chine, Conseil de sécurité, Diplomatie, Europe, France, GB, Guerre, International, OIAC, ONU, Orient, Politique, Russie, Syrie, Terrorisme, UE, USA. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s