Ukraine. Le Donbass “nationalise” à tour de bras

Pro-Russian rebel guard the Uzov Metallurgical Works in Donetsk on March 1, 2017.

Pro-Russian rebel guard the Uzov Metallurgical Works in Donetsk on March 1, 2017. Dans le Donbass, les Pro-Russes contrôlent des entreprises ukrainiennes

Laurence Habay

A l’issue d’un ultimatum le 1er mars, les leaders des républiques populaires du Donbass ont mis à exécution leur menace de prise de contrôle des entreprises privées ukrainiennes actives sur leurs territoires.

Des dizaines d’entreprises ukrainiennes situées dans les républiques autoproclamées du Donbass sont passées, le 1er mars, sous le contrôle des autorités indépendantistes, rapporte la presse russe. En effet, Kiev ne s’est pas conformé aux conditions de l’ultimatum lancé par Donetsk et Lougansk sur la levée du blocus économique de leurs territoires.

La principale raison du transfert sous “contrôle extérieur” des entreprises ukrainiennes est le blocage de la communication ferrovière “mis en place par des éléments radicaux soutenus par des députés de la Rada [le Parlement ukrainien]”, explique le site russe Lenta.ru. Depuis un mois, Kiev est dans l’incapacité de résoudre ce problème, poursuit le titre, c’est pourquoi le 27 février, Alexandre Zakhartchenko et Igor Plotnitski, les leaders des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, ont lancé un ultimatum stipulant que, le 1er mars à minuit, ils placeraient les entreprises ukrainiennes de leurs territoires sous “contrôle extérieur” et qu’ils cesseraient de livrer du charbon à l’Ukraine.

Risque d’aggravation du conflit armé

Sous “le terme économiquement neutre” de “contrôle extérieur”, les leaders du Donbass veulent bien sûr dire “nationalisation”, précise le site russe Vzgliad. A savoir “le passage d’entreprises privées sous le contrôle total ou partiel des gouvernements des républiques populaires”. Et le site de lister les entreprises en question, parmi lesquelles l’usine de carbochimie Metinvest de l’oligarque ukrainien Rinat Akhmetov, qui continuait de livrer sa production à l’Ukraine et dont les actifs avaient jusque-là été laissés à sa jouissance.

Le “blocus” ferroviaire est organisé, selon le quotidien Kommersant, par l’ancien commandant du bataillon Donbass et député de la Rada, Semion Sementchenko, ainsi que deux autres députés, qui seraient à la tête de plusieurs centaines de soldats et d’activistes d’organisations radicales. Il serait soutenu par 60 % de la population, qui estiment que le “commerce avec l’ennemi” et le “business du sang” sont “inadmissibles”.

“C’est pour cette raison que le président Porochenko ne peut recourir à la force pour faire lever le blocus. Cela porterait un coup fatal à sa popularité”, commente le conseiller en communication ukrainien Viktor Oukolov, proche de  l’administration présidentielle, interrogé par le titre. Selon lui, l’équipe du président essaie pourtant d’expliquer à la population que le blocus fait plus de tort à l’économie ukrainienne qu’aux “séparatistes du Donbass”.  Mais pour l’instant, “aux yeux de la communauté patriotique, ces arguments ne sont pas convaincants”. 

En effet, comme le rapporte le directeur exécutif de la fondation Bleyzer, Oleg Oustenko, “7 à 9 milliards de dollars de marchandises par an arrivent en Ukraine en provenance du Donbass. Si ce flux est stoppé, l’économie accusera le coup”. Or, estime le site Vzgliad, “cette situation risque à très court terme d’entraîner une aggravation du conflit armé et la sortie de Kiev de tous les accords, y compris du processus de Minsk”.

courrierinternational.com

Publicités
Cet article a été publié dans Donbass, Europe, Guerre, International, Médias, Minsk, Politique, UE. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s