Maestria dans le nord syrien

poutine-499Vlad le judoka a encore frappé

Observatus geopoliticus

Si le conflit syrien n’est pas avare de surprises, les rebondissements de ces deux derniers jours laissent franchement rêveur…

Dans le nord, nous en étions restés aux prémices du conflit entre Kurdes et Turcs, ces derniers étant bloqués dans leur marche vers le sud par l’armée syrienne et les YPG kurdes de Manbij. Affronter ouvertement Damas (donc Moscou) n’étant pas du tout dans les plans du sultan, la solution Manbij s’imposait (flèche verte), faisant d’une pierre deux coups : expulser les Kurdes de l’ouest de l’Euphrate et s’ouvrir une porte vers Raqqa.

syrie-turquie1

Sauf que… Les Kurdes ne l’entendent évidemment pas du tout de cette oreille et, nous avions commencé à en parler, les Américains non plus, qui avaient fait savoir qu’ils continueraient à soutenir le Conseil militaire de Manbij. Nous en étions là quand a débuté une cascade d’événements aux implications extrêmement importantes.

Hier, des vidéos ont commencé à circuler, montrant l’établissement d’une petite base des forces spéciales US à Manbij. Message subliminal : si vous attaquez les Kurdes, vous nous attaquez. Avouez que voir les Américains assaillis par leur allié de l’OTAN et les rebelles « modérés » de l’ASL, pourtant armés et financés par Washington pendant des années, ne manquerait pas de sel…

Quelques heures plus tard, une nouvelle encore plus incroyable tombait : via les bons offices de Moscou, les Kurdes de Manbij ont passé un accord avec Damas, rétrocédant à l’armée syrienne une partie de leur gains territoriaux à l’ouest de l’Euphrate afin de constituer une zone tampon les séparant des Turcs et de leurs proxies.

syrie-turquie2

On le voit, la partie hachurée sur la carte mettrait définitivement les Kurdes à l’abri des menées turques. Erdogan a dû frôler l’attaque cardiaque quand il a appris la nouvelle… Car à moins d’attaquer l’armée syrienne, donc d’entrer ouvertement en guerre contre Damas (et, derrière, Moscou et Téhéran), l’aventure néo-ottomane du sultan est terminée.

Pour Assad, c’est le deal parfait : les loyalistes récupèrent gratuitement et sans combattre une zone sur laquelle il n’auraient pu mettre la main militairement, zone qui les amène haut dans le nord, vers la frontière turque et le Rojava desquels ils avaient été expulsés depuis des années. C’est aussi une reconnaissance tacite par les Kurdes qu’une fois les combats terminés, ils ne demanderont pas l’indépendance mais se contenteront d’une autonomie.

Quant aux Kurdes eux-mêmes, s’ils laissent quelques villages sans importance à l’armée syrienne, leur présence à Manbij est actée et sanctuarisée. Un accord gagnant-gagnant sur le dos d’Erdogan qui doit l’avoir très mauvaise.

L’épisode porte la marque Poutine et ce n’est peut-être pas un hasard si le communiqué du PYD kurde est le suivant : « Pour protéger Manbij, nous avons transféré, après avoir mis sur pied une nouvelle alliance avec la Russie, aux forces armées syriennes toute la zone entre nous et les gangs affiliés à la Turquie [les fameux modérés si chers au système impérial] ».

Vlad le judoka a encore frappé. Nous expliquions il y a deux ans :

Plusieurs biographes de Poutine ont montré à quel point le judo est, pour lui, bien plus qu’un sport : une philosophie de vie, qu’il applique dans de nombreux domaines, particulièrement en géopolitique. Utiliser la force et la précipitation de l’adversaire pour mieux le retourner et le mettre à terre. Le maître du Kremlin n’est jamais aussi redoutable que lorsqu’il fait d’abord un pas en arrière ; attendez-vous à vous retrouver assez vite le nez sur le tatami. Ippon.

Le nord syrien est un cas d’école. Utiliser le sultan pour expulser Daech, puis utiliser à nouveau son inévitable agressivité envers les Kurdes pour apparaître comme le sauveur, faisant remettre d’un trait de plume à son protégé de Damas des zones qu’il ne pouvait même pas rêver de reprendre un jour… Comment dit-on maestria en russe ?

Cerise sur le gâteau, ce rebondissement est également le signe évident d’une entente américano-russe, au moins ponctuelle. Le jour où l’on apprend que des forces spéciales US s’établissent à Manbij (voir plus haut) pour soutenir les Kurdes, ceux-ci appellent l’armée syrienne à l’aide. Comme l’écrit le Figaro, seul journal de la MSN à avoir succinctement rapporté l’info :

Cette annonce est une surprise totale car ce serait la première fois que des combattants soutenus par Washington sont d’accord pour rétrocéder des territoires aux forces du président Bachar al-Assad.

Allons plus loin : les troupes syriennes protégeront maintenant de facto les troupes américaines ! Si l’on nous avait dit ça il y a six mois… Evidemment, rien de tout cela n’eut été possible sans le tremblement de terre provoqué par l’élection de Trump et la redirection de la politique extérieure états-unienne subséquente.

Ces incroyables développements nous feraient presque oublier que l’armée syrienne a repris Palmyre…

chroniquesdugrandjeu.com

Publicités
Cet article a été publié dans Guerre, International, Iran, Kurdes, Orient, OTAN, Politique, Russie, Syrie, Terrorisme, Turquie, USA, YPG. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s