Une unité de la police militaire russe maintiendra l’ordre dans Alep libéré

alep-47

La Russie a déployé à Alep un bataillon de police militaire chargé de maintenir la paix et d’assurer l’ordre dans la ville récemment libérée des groupes terroristes, a déclaré le ministre russe de la Défense lors d’une réunion avec Vladimir Poutine.

« Afin de maintenir l’ordre dans les territoires libérés (à Alep), un bataillon de police militaire a été introduit à partir de jeudi soir », a déclaré M. Choïgou lors d’une réunion avec le président Vladimir Poutine.

Le bataillon aidera à organiser et faciliter le processus du règlement politique en Syrie, a affirmé à Rossiya Segodnya le premier vice-président du comité du Conseil de la Fédération pour la défense et la sécurité Franz Klintsevich. Il s’agit d’une unité d’infanterie motorisée composée de 300 à 400 personnes.

En outre, M. Choïgou a fait état de quatre localités syriennes débloquées sur ordre du président russe Vladimir Poutine dans le cadre des accords avec l’Iran et la Turquie, a-t-il déclaré.

« Je veux faire un rapport sur la mise en œuvre de votre mission en vertu de l’accord avec les dirigeants de la Turquie et de l’Iran. Votre ordre de libérer quatre autres localités a été accompli », a rapporté le ministre.

En particulier, il s’agit de deux villages chiites de la région d’Idlib. « Plus de 1 500 personnes âgées, femmes, enfants et blessés ont été évacués. Ils ont été transportés à Alep et y ont été installés dans des conditions normales », a précisé M. Choïgou.

L’armée russe a aussi libéré deux villages près de Damas. « Au total, environ 9 000 personnes ont été emmenées à Idlib. Plus de 9 000 armes à feu ont été rendues », a déclaré le ministre de la Défense.

Selon le président russe, c’est « une partie très importante du travail » car les « échanges humanitaires » renforcent la confiance entre les parties au conflit et créent des conditions pour progresser davantage vers la réconciliation. « Nous allons persévérer dans cet esprit », a conclu M. Poutine.

Le ministre de la Défense a en outre indiqué que l’Iran et la Turquie avaient aidé à créer les conditions pour l’évacuation près de 34 000 personnes d’Alep, y compris environ 8 500 enfants, au cours de la deuxième étape de l’opération de libération de la ville.

« À la suite de cette étape, nous avons réussi à créer avec nos les homologues turcs et iraniens et, bien sûr, avec les autorités syriennes, les conditions pour l’évacuation de près de 34 000 personnes, dont 14 000 hommes, environ 8 500 enfants et autant de femmes », a déclaré le ministre de la Défense, rappelant que « les opérations militaires ont été interrompues le 15 décembre en vue d’une grande opération humanitaire visant à évacuer de la ville les radicaux et leurs familles ».

La ville d’Alep a été libérée le 22 décembre grâce aux efforts de l’armée syrienne et de ses alliés, notamment de la Russie et de l’Iran, d’après le président syrien Bachar el-Assad.

fr.sputniknews.com

Publicités
Cet article a été publié dans Diplomatie, Guerre, Humanitaire, International, Iran, Médias, Orient, Politique, Russie, Sécurité, Syrie, Terrorisme, Turquie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s