Les USA et l’Europe ne reconnaissent pas que «leurs mains sont maculées du sang syrien»

haddad1

Dans une interview accordée à Sputnik, le père Haddad, syrien et archimandrite de l’Église grecque-catholique melkite qui habite actuellement à Rome, a commenté la situation en Syrie, le rôle de la Russie dans le règlement du conflit syrien, la libération d’Alep et les récents actes terroristes en Europe.

En exprimant ses condoléances à la famille de l’ambassadeur Andreï Karlov, au peuple russe et au président Vladimir Poutine, le père Haddad, archimandrite de l’Église grecque-catholique melkite, explique que « l’ambassadeur représente son pays », voici pourquoi il qualifie son assassinat de coup de poignard dans le dos :

« Je crois que son assassinat n’était pas un simple acte terroriste, mais la trahison de l’affaire du monde, puisque la Russie se trouve au premier rang dans la lutte contre le terrorisme et s’est engagée à apporter au moins un peu de paix et de la tranquillité au Proche-Orient dévasté (…). Même le terrorisme n’a pas le droit d’attaquer les ambassadeurs qui sont des symboles de leurs pays. »

Et de poursuivre :

« Je voudrais remercier la Russie ainsi que de la base de Hmeimim qui est devenue la base du maintien de la paix et de l’unification du peuple syrien ». L’archimandrite estime que « c’est honteux de parler de chute d’Alep » :

« Alep n’est pas tombée, elle fait de nouveau partie de l’État syrien grâce à de multiples victimes de notre armée à qui la libération d’Alep a coûté du sang et des souffrances. »

D’après lui, l’Europe et l’Amérique, qui avaient auparavant prédit l’échec d’Assad et parlé de la perte de légitimité du président syrien, « voulaient aller jusqu’au bout, mais la Syrie et la Russie ont tout changé ». Ainsi, il est d’avis que « les pays occidentaux ne veulent pas se résigner à leur échec ». Et de souligner :

« Ils ne veulent pas déclarer à leurs peuples que leurs mains sont maculées du sang des soldats de l’armée syrienne ».

L’archimandrite affirme qu’il n’est pas possible de parler d’« opposition modérée » :

« Nous voyons l’armée du gouvernement légitime et les gens qui essayent d’assassiner mon frère ou mon neveu qui combattent dans les rangs de l’armée gouvernementale. Est-ce que c’est une opposition modérée ? Pour moi, si ces personnes viennent de l’intérieur, ce sont des traîtres, s’ils viennent de l’extérieur, ce sont des mercenaires ».

Le modèle selon lequel dans un seul pays cohabitent des représentants de différentes confessions, devrait triompher en Syrie, conclut le père Haddad.

fr.sputniknews.com

Publicités
Cet article a été publié dans Europe, Guerre, International, Italie, Justice, Médias, Occident, Orient, Politique, Religion, Russie, Syrie, Terrorisme, UE, USA. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s