Netanyahu téléphone à Poutine.. Cessez-le-feu dans le sud de la Syrie

poutine 179

Poutine avait déjà promis à Netanyahu qu’il s’assurerait que le Hezbollah ne ferait pas partie de l’offensive syrienne dans le sud. Mais, ensuite, le 27 janvier, le Hezbollah est entré à Dera’a.

Netanyahu téléphone à Poutine afin d’obtenir des clarifications sur le Cessez-le-feu dans le sud de la Syrie. 

Le Premier Ministre Binyamin Netanyahu a téléphoné au Président Vladimir Poutine mercredi 24 février, afin de découvrir à quel point le cessez-le-feu partiel en Syrie, qui doit entrer en vigueur samedi 27 février, pourrait affecter la sécurité de la frontière nord d’Israël. Selon un communiqué du Kremlin, « les deux leaders ont débattu du Moyen-Orient et se sont mis d’accord pour organiser un certain nombre de réunions de contacts à haut niveau ».

Un autre point d’accord semble avoir été trouvé, pour « une série de contacts à haut et plus haut niveau, prenant en compte le 25 anniversaire de l’instauration des relations diplomatiques entre les deux pays », poursuit ce communiqué.

La formulation et le contenu de ce communiqué frappent les sources diplomatiques de Debkafile comme curieusement hors sujet par rapport aux déclarations faites après d’autres conversations passées.

Il est difficile de croire que le Président russe, alors qu’ils est profondément impliqué dans des échanges tendus avec les Présidents Barack Obama et Hassan Rouhani d’Iran pour garantir les tenants et aboutissants du cessez-le-feu approchant en Syrie, aurait la tête à consacrer toute son attention à la célébration d’un événement historique, certes important, mais en rien majeur dans le cas d’espèce.

Ces propos véhiculent cependant l’impression que le dirigeant russe a fait ce qui était en son pouvoir pour calmer les inquiétudes d’Israël à propos des phases prochaines de la crise syrienne.

Selon nos sources, Netanyahu a décroché son téléphone pour appeler Poutine, quand il a appris que les Président russe et américain sont tombés d’accord pour que le cessez-le-feu partiel commence dans le sud de la Syrie, précisément sur les fronts les plus proches des frontières d’Israël et de la Jordanie.

Les responsables militaires israéliens et jordaniens ont tenté d’obtenir un tableau de la façon dont ces arrangements fonctionneraient et comment ils affecteraient leur sécurité nationale, mais Washington et Moscou sont tous aussi muets quant à de telles informations. C’est aussi la réaction que le Directeur Général du Ministère des affaires étrangères d’Israël, Dore Gold a rencontré, lorsqu’il a appelé le Ministre russe des Affaires étrangères, Sergeï Lavrov à Moscou le 18 février. Le Ministre s’est montré poli mais a évité de répondre directement aux questions.

Israël est le plus profondément troublé par la possibilité que l’armée syrienne et les forces iraniennes et du Hezbollah, actuellement au beau milieu de leur élan, à l’offensive dans le sud syrien, exploitent la cessation des hostilités pour continuer d’avancer sans obstacle vers sa frontière du Golan dotées d’intentions hostiles.

A moins de deux ou trois jours de l’entrée en vigueur de la trêve, Israël n’avait reçu aucune réponse claire pour savoir si les forces aériennes russes allaient continuer à frapper sans relâche des éléments rebelles syriens désignés comme « terroristes », en étroite proximité de ses frontières nord.

Les responsables américains ont tenté, au cours des dernières 24 h, d’apaiser les inquiétudes israéliennes, mais ils ne sont guère plus prolixes que les Russes en termes d’information claire et concrète.

Netayahu a, par conséquent, saisi son téléphone pour appeler le Président russe, avec lequel il maintient un dialogue amical, pour découvrir ce qui pouvait se produire à la suite de la déclaration de cessez-le-feu et demander des garanties que les forces syriennes, iraniennes et du Hezbollah  ne se permettraient pas de tirer avantage de la situation pour grappiller plus de terrain.

Le Premier Ministre a aussi demandé à Poutine ce qu’il en était des négociations autour du pactole de 14 milliards de $ de livraisons d’armes réclamées par Téhéran.

Il est plus que probable qu’il n’a pas été satisfait par l’os à ronger que lui a tendu le Président russe à propos de célébrations conjointes d’un anniversaire. Au début janvier, Poutine avait déjà promis à Netanyahu qu’il s’assurerait que les forces du Hezbollah ne feraient pas partie de l’offensive syrienne appuyée par l’aviation russe dans le sud. Mais, ensuite, le 27 janvier, les forces du Hezbollah sont entrées dans la ville du sud de Dera’a et les frappes russes n’ont fait que se rapprocher de la frontière israélienne, à tel point qu’on peut entendre les explosions à une distance de moins de quelques centaines de mètres.

jforum

Source: DEBKAfile

syria 92170216 – Syrie: Israël allume le front de Quneitra, ses milices battues de nouveau


syria 58

280116 – Syrie: Des combattants du Hezbollah entrent à Deraa : « la Russie a trahi Israël »

Publicités
Cet article a été publié dans Afrique, Amérique, Guerre, Hezbollah, International, Iran, Israel, Jordanie, ONU, Orient, Politique, Russie, Syrie, Terrorisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s